Salai­sons : Chil­let bien dans ses meubles

C’est une page de l’his­toire indus­trielle qui se tourne à Saint-Sympho­rien-sur-Coise. Et ce, à double titre. D’une part, la société de salai­sons Chil­let, créée en 1902 et instal­lée au centre du village depuis 1959, quitte ses locaux de la rue Lamar­tine. D’autre part, elle rejoint l’an­cien site des meubles Grange, qui a été entiè­re­ment réha­bi­lité pour l’ac­cueillir. Avec, au passage, un inves­tis­se­ment de 8 millions € pour Chil­let qui multi­plie par presque 4 sa surface, passant de 3 500 à plus de 12 000 m2, afin d’ab­sor­ber une demande crois­sante. « Cette plus grande capa­cité de produc­tion nous permet­tra d’en­ri­chir l’offre de la salai­son avec des nouveau­tés produits,  une opti­mi­sa­tion de la fabri­ca­tion et de meilleures condi­tions de travail pour les équipes », précise la direc­tion de Chil­let. Avec un chiffre d’af­faires de 8,5 millions € en 2020, Chil­let affiche une produc­tion de 990 tonnes de saucis­son annuelle et emploie 48 personnes.

Cet inves­tis­se­ment intègre aussi un enga­ge­ment envi­ron­ne­men­tal fort. Traduc­tion concrète : des écono­mies d’éner­gie, via la récu­pé­ra­tion de chaleur des compres­seurs et la régu­la­tion intel­li­gente de la distri­bu­tion de froid. Par ailleurs, les nouvelles instal­la­tions tech­niques n’uti­lisent que des fluides frigo­ri­gènes plus perfor­mants sur le plan envi­ron­ne­men­tal. La Maison Chil­let se lance égale­ment dans un nouveau saucis­son sec bio, avec une viande utili­sée issue de porcs élevés en plein air. La Maison Chil­let fait partie du groupe lyon­nais Solexia, un fonds indé­pen­dant d’in­ves­tis­se­ment entre­pre­neu­rial qui a investi dans une douzaine d’en­tre­prises depuis sa créa­tion en 2005 par Hervé Krati­roff et Eric Versini (photo). Il s’ap­puie sur deux pôles : agro-alimen­taire (salai­sons et volailles) et arts de la table). L’en­semble repré­sente près de 400 sala­riés et pas loin de 100 millions € de chiffre d’af­faires au total.

Remonter