Banque de la tran­si­tion éner­gé­tique : 153 millions € collec­tés

Un an après sa création, la Banque de la transition énergétique -BTE- donne toute satisfaction à sa maison mère, la Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes. Plus de 102 millions € de crédits ont été octroyés pour 74 projets. Et 130 projets sont en cours d’analyse.

Satis­fe­cit géné­ral de la Banque Popu­laire Auvergne-Rhône-Alpes pour « sa start up interne » comme la surnomme Daniel Karyo­tis, son direc­teur géné­ral. La BTE -Banque de la Tran­si­tion Ener­gé­tique- , entité dédiée autour d’une équipe d’ex­perts diri­gée par Pierre-Henri Grenier et forte de 9 personnes et 11 corres­pon­dants, vient de boucler sa première année d’exis­tence avec une collecte d’épargne auprès des parti­cu­liers qui s’élève à 153 millions €. Et, dans le même temps, 102,6 millions € de crédits ont été octroyés au béné­fice de 74 projets portant sur des enjeux d’éner­gies renou­ve­lables et de réno­va­tion éner­gé­tique sur le terri­toire de la banque. A savoir 15 dépar­te­ments : les 12 d’Au­vergne-Rhône-Alpes, ainsi que la Corrèze, les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes. Il s’agit, la plupart du temps, de petits projets en hydro­élec­tri­cité, solaire ou métha­ni­sa­tion pour des entre­prises ou des agri­cul­teurs. Forte de ses premiers résul­tats encou­ra­geants, la BTE compte passer à la vitesse supé­rieure. Ce ne sont pas moins de 130 projets pour un total de 137 millions € supplé­men­taires de crédits qui sont en cours d’ana­lyse.

La part de trans­for­ma­tion de l’épargne en crédit tran­si­tion éner­gé­tique est aujourd’­hui de 67%. Un taux de trans­for­ma­tion de l’épargne en constante augmen­ta­tion : il devrait se situer à 70% en fin d’an­née et 100% en 2022, signe que la BTE respecte bien son enga­ge­ment initial d’uti­li­ser de l’épargne verte pour finan­cer la tran­si­tion éner­gé­tique.

La banque a mis en place plusieurs parte­na­riats avec des déve­lop­peurs régio­naux en matière de photo­vol­taïque ainsi qu’a­vec des opéra­teurs en effi­ca­cité éner­gé­tique ou dans le domaine de la réno­va­tion éner­gé­tique de l’ha­bi­tat. « Nous travaillons beau­coup sur tout ce qui touche à la mobi­lité des profes­sion­nels, les bornes de recharge et le décret photo­vol­taïque, qui vient enfin de sortir », explique Pierre-Henri Grenier. Tandis que Daniel Karyo­tis, le direc­teur géné­ral de BPAURA, souligne que « la BTE sera le point de liai­son entre le plan stra­té­gique qui s’est achevé fin 2020 et le prochain 2021–2024 que nous adop­te­rons défi­ni­ti­ve­ment au prin­temps. La tran­si­tion éner­gé­tique sera l’un de nos cinq axes prio­ri­taires ». BPAURA a dégagé un PNB (Produit net bancaire) de 680 millions € en 2020 avec un résul­tat net de 108,2 de résul­tat net et 3 milliards € de capi­taux propres. « Nous avons un très bon niveau d’ac­ti­vité depuis la rentrée, 2021 se présente très bien et l’on peut penser que le 1er semestre 2022 va se pour­suivre sur cette lancée », conclut un Daniel Karyo­tis heureux.

Remonter