CNR: Laurence Borie-Bancel va succé­der à Elisa­beth Ayrault

De tout temps, les nomi­na­tions à la tête de CNR ont toujours été très poli­tiques. A fortiori, avec l’ac­tuelle compo­si­tion de l’ac­tion­na­riat du 1er produc­teur français d’élec­tri­cité 100% renou­ve­lable, à savoir 50,03% pour le public (183 collec­ti­vi­tés locales et le groupe Caisse des Dépôts) et 49,97% pour Engie, l’opé­ra­teur indus­triel. Le proces­sus de dési­gna­tion du patron de l’en­tre­prise proposé son conseil de surveillance passe par une audi­tion du diri­geant pres­senti devant les commis­sions des affaires écono­miques du Sénat et de l’As­sem­blée natio­nale avant que la nomi­na­tion fasse l’objet d’un décret du Président de la Répu­blique.

Confronté au départ préci­pité d’Elisa­beth Ayrault annoncé début septembre, le conseil de surveillance de CNR a dési­gné Laurence Borie-Bancel pour la rempla­cer au direc­toire de CNR. Autre­ment dit, une femme du sérail Engie. Ingé­nieure de forma­tion, âgée de 54 ans, Laurence Borie-Bancel a fait toute sa carrière depuis 32 ans dans le secteur de l’éner­gie. Gaz de France, pour commen­cer, à la direc­tion Produc­tion Tran­sport puis à la direc­tion Elec­tri­cité. Elle sera ensuite respon­sable de la filière Busi­ness Deve­lop­ment Over­sight chez GDF Suez, puis direc­trice géné­rale adjointe de La Compa­gnie du Vent, avant de rejoindre la Busi­ness Unit Gene­ra­tion Europe d’En­gie. En 2018, elle prend la direc­tion d’Elengy, filiale d’En­gie et s’oc­cupe des termi­naux d’im­por­ta­tion de gaz natu­rel liqué­fié en France. Avant sa nouvelle affec­ta­tion, elle était direc­trice de la « Global Busi­ness Line » Produc­tion ther­mique d’En­gie. Les deux audi­tions de Laurence Borie-Bancel devant les parle­men­taires devraient inter­ve­nir courant octobre.

Remonter