Barreau de Lyon : passa­tion de bâton émou­vante entre Serge Deygas et Marie-Josèphe Laurent

Plus de 150 nouveaux avocats assistaient vendredi dernier à la rentrée solennelle du Barreau de Lyon, organisée cette année dans la grande salle du Palais de la Bourse. Une cérémonie venue clore le mandat du Bâtonnier Serge Deygas et de la vice-Bâtonnière Joëlle Forest-Chalvin, qui ont transmis le fameux bâton à Marie-Josèphe Laurent et Jean-François Barre, nouvellement élus.

Quelques jours après avoir prêté serment au coeur de la salle Montesquieu des « 24 colonnes », les 171 impé­trants (155 pour le barreau de Lyon, 10 pour celui de Saint-Etienne, 4 pour celui de Ville­franche et 2 pour celui de l’Ain) de la promo­tion Nasrin Sotou­deh, du nom de l’avo­cate iranienne, spécia­liste des droits de l’homme et actuel­le­ment prison­nière poli­tique en Iran, étaient conviés vendredi dernier, à la séance solen­nelle du Barreau de Lyon. Lors de cette céré­mo­nie, orga­ni­sée au Palais de la Bourse devant près de 300 convives (dont le président de la CCI Philippe Valen­tin, le président du tribu­nal de commerce Thierry Gardon, le député Thomas Rudi­goz, le gouver­neur mili­taire Gilles Darri­cau, la procu­reure géné­rale de Lyon Fabienne Klein-Donati ou le Bâton­nier de Marseille Yann Arnoux-Pollak), Marie-Josèphe Laurent et Jean-François Barre, la Bâton­nière et le vice-Bâton­nier élus ont reçu le bâton des mains de leurs prédé­ces­seurs Serge Deygas et Joëlle Forest-Chal­vin

Avant cette passa­tion de bâton, le duo sortant, très longue­ment applaudi par l’as­sis­tance, est revenu sur son bâton­nat mouve­menté, marqué par la crise du Covid, les périodes de confi­ne­ment, la grève des avocats contre le projet de suppres­sion du régime auto­nome de retraites, le soutien des barreaux aux magis­trats suite à la longue tribune publiée en novembre dernier dans les colonnes du Monde et les grands élans de soli­da­rité et d’union entre les barreaux sur le manque de moyens dans la profes­sion : « 25% des avocats lyon­nais gagnent moins de 2000 euros par mois », a notam­ment déploré Joëlle Forest-Chal­vin.

« Ne rien prévoir sinon l’im­pré­vi­sible »

« On nous avait dit selon la cita­tion de l’écri­vain Chris­tian Bobin de ne rien prévoir sinon l’im­pré­vi­sible, et de ne rien attendre sinon l’inat­tendu, que la vie de Bâton­nier était faite de surprises quoti­diennes, nous fûmes ample­ment servis », a prolongé de son côté Serge Deygas. Le Bâton­nier et la vice-Bâton­nière se sont ensuite réjouis de trans­mettre le bâton à Marie-Josèphe Laurent et Jean-François Barre, dont ils partagent la majeure partie des idées. « Entre vous et nous, il n’existe pas de contra­dic­tions plus épaisses que du papier à ciga­rette », illus­trait notam­ment Serge Deygas.

Le nouveau binôme, qui pren­dra offi­ciel­le­ment ses fonc­tions à comp­ter du 1er janvier prochain, a reçu « ce bâton avec humi­lité et enthou­siasme » tout en remer­ciant Serge Deygas et Joëlle Forest-Chal­vin pour leur travail accom­pli.

Remonter