Pivoine Avocats : Ghis­laine Betton engrange les palmes d’or et va s’as­so­cier

Belle moisson avec 5 palmes d’or au Palmarès du droit à Lyon et le titre de cabinet de l’année pour Pivoine Avocats. Ghislaine Betton, qui a la "volonté de transmettre", annonce que Violaine Reymond sera prochainement associée au sein de son cabinet. D’autres devraient suivre les prochaines années.

« C’est une recon­nais­sance de tout le travail fourni depuis des années, explique Ghis­laine Betton, fonda­trice du cabi­net d’avo­cats lyon­nais, Pivoine Avocats. Nous essayons d’of­frir toujours plus de compé­tences, de réac­ti­vité et de dispo­ni­bi­lité à nos clients. D’ailleurs, ce sont eux qui votent et qui nous distinguent ainsi pour la 3e année consé­cu­tive ». Ghis­laine Betton ne boude pas son plai­sir après la mois­son 2021 du Palma­rès du droit à Lyon établi par le Monde du droit. Son cabi­net cumule, en effet, cinq palmes d’or : immo­bi­lier/construc­tion, entre­prises en diffi­culté, droit des socié­tés/fusions-Acqui­si­tions/private equity, conten­tieux-arbi­trage et droit pénal des affaires. Autant dire que Pivoine Avocats fait un quasi-sans-faute. Dans les points forts du cabi­net lyon­nais, il n’y a guère que le droit rural (viti­cul­ture) pour lequel il n’est pas primé (mais aucune palme n’est décer­née dans ce domaine) et le droit de l’ur­ba­nisme, qui ne lui offrent pas de médailles supplé­men­taires. Cerise sur la pivoine, le cabi­net décroche en plus le titre de cabi­net de l’an­née. La consé­cra­tion. Ces palmes lyon­naises s’ajoutent aux trois médailles décro­chées à Paris un peu plus tôt dans l’an­née pour le droit pénal des affaires, les entre­prises en diffi­culté et le droit de la consom­ma­tion. Une recon­nais­sance pari­sienne d’au­tant plus appré­ciable que Pivoine s’enor­gueillit de ne pas avoir de locaux à Paris, histoire de ne pas se mettre des charges déme­su­rées sur le dos.

20 personnes dont 15 avocats

Autant dire que tous les clients, lyon­nais ou pari­siens ou hors des fron­tières hexa­go­nales (15 à 20% de l’ac­ti­vité) sont suivis par l’équipe instal­lée aux Corde­liers dans des locaux agran­dis en 2020. Pivoine Avocats regroupe une ving­taine de personnes dont 15 avocats et 5 assis­tants. En crois­sance régu­lière, le cabi­net a recruté trois avocats en 2020 et trois autres en 2021. Pour 2022, deux arri­vées sont d’ores et déjà program­mées en matière de corpo­rate et de conten­tieux (commer­cial / distri­bu­tion). Des recru­te­ments qui prennent du temps, même si de nouveaux avocats arrivent chaque année sur le marché. « Il faut comp­ter 5 à 6 mois pour un recru­te­ment », commente Ghis­laine Betton. Autre grand chan­tier du début de l’an­née 2022, l’as­so­cia­tion de la patronne de Pivoine avec l’une des avocates du cabi­net. « Même si je n’ai pas envie de prendre ma retraite demain, je commence à réflé­chir à la suite, avec la volonté de péren­ni­ser le cabi­net et de commen­cer à trans­mettre en propo­sant aux colla­bo­ra­teurs de deve­nir asso­ciés », précise Ghis­laine Betton qui ne veut pas attendre d’avoir 70 ans pour se poser la ques­tion de sa succes­sion. Seule asso­ciée jusqu’à main­te­nant, elle va propo­ser à Violaine Reymond de deve­nir asso­ciée dans les prochaines semaines. Violaine Reymond a décro­ché le CAPA voici 10 ans. Elle est spécia­li­sée en conten­tieux des affaires, entre­prises en diffi­culté (restruc­tu­ring, procé­dures collec­tives), recou­vre­ment des créances. Au rythme d’un nouvel asso­cié par an, elle pour­rait consti­tuer « un trio ou un quatuor » d’as­so­ciés d’ici à 2024/2025. « J’at­tache beau­coup d’im­por­tance à la qualité de vie au travail. C’est impor­tant que les colla­bo­ra­teurs aient de la liberté et des pers­pec­tives », conclut Ghis­laine Betton.

Remonter