Agicap recrute 600 personnes  dont 300 à Lyon

Après avoir levé 100 millions € en trois fois en l’es­pace de 2 ans, Agicap, la fintech lyon­naise, spécia­li­sée dans la gestion et la prévi­sion de tréso­re­rie des TPE et PME accé­lère encore son déve­lop­pe­ment. Et annonce le recru­te­ment de 600 personnes cette année dont 300 à Lyon, 50 à Paris et 250 personnes en Europe. Profils recher­chés : marke­ting, tech et rela­tion client. Plus géné­ra­le­ment, tous les dépar­te­ments de cette jeune entre­prise créée en 2016, sont concer­nés : commer­ciaux, experts, consul­tants en rela­tion client et fonc­tions support en finance et RH. Fort de 500 colla­bo­ra­teurs, Agicap envi­sage donc de fran­chir la barre des 1 000 sala­riés, cette année. Elle se posi­tionne comme une future licorne (à savoir une entre­prise valo­ri­sée plus de 1 milliard de dollars, non cotée et non filiale d’une groupe).

Une future licorne lyon­naise

En un peu plus de cinq ans d’exis­tence, Agicap a connu une très forte crois­sance en France mais aussi en Europe avec une présence en Espagne, Pays-Bas, Italie, Bene­lux et Alle­magne. De 1 000 entre­prises clientes en 2019, Agicap est passé à 3 000 fin 2020 et 5 000 fin 2021, dont Century 21, Pizza Hut, Café Coton, Hénaff, Koli­bri, Merci Handy ou bien encore Valop­tim. Un chiffre que la strat up lyon­naise veut encore tripler d’ici à la fin de l’an­née, d’où cette campagne de recru­te­ment intense. Agicap est présent dans le commerce, l’in­dus­trie, le BTP, l’hô­tel­le­rie-restau­ra­tion, les bureaux d’études, les agences web, les start ups, les arti­sans. Son savoir-faire consiste à construire des prévi­sions de tréso­re­rie fiables et dyna­miques pour ses clients et de suivre en temps réel l’évo­lu­tion de leur tréso­re­rie actuelle et à venir. Ces infor­ma­tions sont parta­gées unique­ment avec les banques. Elles permettent aux entre­prises d’ac­cé­der plus faci­le­ment aux finan­ce­ments et d’évi­ter le risque de défaillance d’en­tre­prise. Agicap a été lancée par trois entre­pre­neurs lyon­nais : Sébas­tien Beyet, Clément Mauguet (photo) et Lucas Bertola. Sans préci­ser le montant du chiffre d’af­faires de l’en­tre­prise, ses fonda­teurs indiquent qu’il a été multi­plié par 3 ces des dernières années.

Remonter