Le Zesteur, premier accé­lé­ra­teur food­tech lyon­nais, est né

Le Village by CA Centre-est, l’Isara et l’emlyon s’associent pour donner naissance au Zesteur, le premier accélérateur foodtech à Lyon. Une petite dizaine de start-up des secteurs agricole et alimentaire devraient suivre ce programme chaque semestre, avec l’ambition de changer d’échelle.

L’al­liance de trois acteurs de la food, de l’in­no­va­tion et de l’en­tre­pre­neu­riat. En asso­ciant leurs exper­tises, Le Village by CA Centre-est (l’in­cu­ba­teur régio­nal du Crédit Agri­cole), l’Isara (l’école d’in­gé­nieurs en agro­no­mie et agroa­li­men­taire) et l’emlyon créent le Zesteur, premier accé­lé­ra­teur food­tech à Lyon. Un projet nova­teur, qui entend parti­ci­per à la tran­si­tion agri­cole et alimen­taire en réunis­sant des start-up et des acteurs de la filière. 

« Ce dispo­si­tif d’ac­cé­lé­ra­tion de projets inno­vants, du champ à l’as­siette ou de la fourche à la four­chette, pour­suit un double objec­tif, précise Benoit Tassou, le direc­teur géné­ral adjoint adjoint du Crédit Agri­cole Centre-est. D’abord de faci­li­ter le chan­ge­ment d’échelle des start-up grâce à un accom­pa­gne­ment adapté aux enjeux de leur segment d’ac­ti­vité et aussi de faire gran­dir le poten­tiel d’in­no­va­tion des entre­prises de la filière grâce à une offre adap­tée à leur niveau de matu­rité en inno­va­tion. »

« Sortir 2 à 3 belles start-up par an »

Le Zesteur propo­sera donc chaque semestre à six ou sept start-up (répar­ties selon leur segment d’ac­ti­vité : produc­tion, trans­for­ma­tion, distri­bu­tion et consom­ma­tion) un accom­pa­gne­ment adapté à leurs enjeux : boot­camps, suivi indi­vi­dua­lisé, exper­tise métier, mise en réseau avec des inves­tis­seurs, parte­naires ou clients… « Tout est mis en place pour accé­lé­rer le déve­lop­pe­ment de ces start-up et de leur faire prendre leur envol vers le scale-up, souligne Michel Coster, direc­teur accé­lé­ra­teur et social inno­va­tion insti­tute à l’emlyon. Notre ambi­tion serait de pouvoir sortir deux ou trois belles start-up par an et par promo, qui soient les porte-drapeaux de cette filière agri ici dans la région. »

L’ap­pel à candi­da­tures pour le recru­te­ment de la première promo­tion, qui regrou­pera des jeunes entre­prises du secteur de la trans­for­ma­tion, est ouvert depuis ce jeudi, jusqu’au 28 février 2022. Les entre­prises rete­nues devront s’ac­quit­ter d’un montant de 8000 euros pour suivre le programme et lais­se­ront la place au deuxième semestre aux start-up de la distri­bu­tion. Les jeunes pousses des segments consom­ma­tion et produc­tion devront quant à elles attendre les premier et deuxième semestre de 2023 pour inté­grer le dispo­si­tif qui s’éten­dra aussi bien à Gerland, Cham­pagne-au-Mont-d’Or ou Ecully dans les locaux d’emlyon, de l’Isara et du Village by CA

150 start-up food­tech à Lyon

« Les start-up euro­péennes du secteur de la food­tech sont parve­nues à lever 2,7 milliards d’eu­ros en 2020, c’est treize fois plus qu’en 2013, avance Jérôme Zlatoff, direc­teur entre­pre­neu­riat et inno­va­tion au sein de l’Isara. On sent qu’il se passe quelque chose, c’est une filière qui bouge. En créant cet accé­lé­ra­teur, nous voulons donc acco­ma­pa­gner ces dyna­miques entre­pre­neu­riales. » D’au­tant que la région lyon­naise appa­raît comme le deuxième pôle français du secteur, derrière Paris. « On recense plus de 150 start-up sur la théma­tique food­tech dans la région lyon­naise et près de 300 porteurs de projet à faire gran­dir. Nous avons beau­coup à leur appor­ter pour les faire gran­dir et se struc­tu­rer », concluent les trois parte­naires.

Remonter