Les élus LR du Rhône mobi­li­sés derrière Valé­rie Pécresse

Une ving­taine d’élus LR du Rhône et de la Métro­pole se sont rassem­blés lundi dans la nouvelle perma­nence du parti cours Lafayette, pour lancer le comité de soutien de Valé­rie Pécresse dans le dépar­te­ment. Réunis autour de Pierre Oliver, orateur de campagne de la candi­date à l’élec­tion prési­den­tielle dans la région Rhône-Alpes, Alexandre Vincen­det, président de la fédé­ra­tion LR dans le Rhône et Bernard Perrut, secré­taire dépar­te­men­tal, les parle­men­taires, maires et adjoints présents ont réaf­firmé leur union derrière la candi­date, « seule alter­na­tive crédible à Emma­nuel Macron » selon Alexandre Vincen­det

Le second tour puis la victoire ?

« Après ce Congrès, qui ressem­blait certes à une primaire, nous voyons bien qu’une union s’est créée dans la famille, soutient le séna­teur du Rhône François-Noël Buffet. Valé­rie Pécresse a réussi à rassem­bler et va conti­nuer à rassem­bler notam­ment au centre et avec l’UDI. On sent bien qu’elle a cette capa­cité de se quali­fier au second tour. Et si elle y parvient, alors je pense que la victoire est au bout. » Un vent d’op­ti­miste partagé notam­ment par Chris­tophe Guillo­teau, le président du dépar­te­ment du Rhône : « Avec le front répu­bli­cain, Marine Le Pen et Eric Zemmour n’ont aucune chance de l’em­por­ter au second tour. Mais si Valé­rie Pécresse se quali­fie, il y a fort à parier qu’on gagne à la fin. »

Si Philippe Cochet, le président du groupe de la droite et du centre à la Métro­pole de Lyon, arrivé après le Conseil métro­po­li­tain, figu­rait bien sur la photo de famille devant les Halles Paul Bocuse, tout comme Jéré­mie Bréaud, Sébas­tien Michel, Laurence Fautra, Béatrice de Montille, Natha­lie Serre, Patrice Verchère, Gilles Gascon, Jérôme Moroge, Anne-Sophie Conde­mine ou Renaud Pfef­fer, on notait toute­fois l’ab­sence d’Etienne Blanc, séna­teur LR du Rhône, évincé à l’au­tomne dernier de la prési­dence du groupe de la droite et du centre à la Ville de Lyon. 

>>>À lire aussi : Pierre Oliver : « Je regrette ce qui a été fait avec Étienne Blanc »

Remonter