Planète OUI : Albert Codi­nach contraint au redres­se­ment judi­ciaire

En pleine phase de croissance, le fournisseur lyonnais d'énergie verte Planète OUI dirigé par Albert Codinach a été placé en redressement judiciaire. Le groupe explique notamment subir la hausse des cours de l'énergie.

Un élan coupé net. Le four­nis­seur lyon­nais d’éner­gie 100% verte OUI Energy, qui reven­dique plus de 100 000 clients en France et commer­cia­lise ses offres sous le nom de Planète OUI, vient d’être placé en redres­se­ment judi­ciaire par le tribu­nal de commerce de Lyon. En forte crois­sance ces deux dernières années avec une multi­pli­ca­tion par cinq de ses effec­tifs (160 colla­bo­ra­teurs à Lyon et Lille), le groupe dirigé par Albert Codi­nach explique ses diffi­cul­tés par des besoins en tréso­re­rie qui ont augmenté en 2021 « subis­sant un contexte marché très complexe, avec la hausse mondiale et spec­ta­cu­laire des cours de l’éner­gie ».

Le groupe basé à la Part-Dieu a d’abord activé une procé­dure de sauve­garde accé­lé­rée qui n’a pas abouti. « Le tribu­nal a donc décidé de placer OUI Energy en procé­dure de redres­se­ment jusqu’au 1er mars, afin de lui lais­ser la possi­bi­lité de trou­ver une issue favo­rable à la conti­nuité de son acti­vité et de préser­ver ses sala­riés. En outre, cette situa­tion n’en­traîne pas de chan­ge­ment pour le moment. Tout en main­te­nant son acti­vité, OUI Energy se bat pour cher­cher des solu­tions concrètes », explique le four­nis­seur qui a été classé numéro 1 ex-aequo au clas­se­ment des four­nis­seurs « vrai­ment verts » par Green­peace l’an dernier.

Alors qu’il nour­ris­sait il y a quelques mois encore de grandes ambi­tions, décla­rant viser « 150 millions d’eu­ros de chiffres d’af­faires à fin 2022 », Albert Codi­nach est désor­mais à la recherche d’un repre­neur pour le four­nis­seur d’éner­gie verte qu’il avait repris à la barre du tribu­nal de commerce de Lille en 2016. En revanche, la procé­dure ne concerne pas les acti­vi­tés de gestion de l’éner­gie du groupe, « qui sont préser­vées », ainsi que les socié­tés qui chapeautent les actifs de produc­tion, à savoir deux centrales solaires instal­lées près de Roanne et dans les Pays de la Loire.

Remonter