Sipa­rex : perfor­mances record en 2021

Le groupe lyonnais indépendant de capital investissement a levé plus de 800 millions d’euros l’an dernier. Grace à quoi, ses investissements ont atteint 300 millions. Niveau record des cessions aussi à 522 millions. Les 300 participations de son portefeuille ont enregistré une croissance moyenne de leur valeur de 35% l’an dernier. Objectif : accélérer le développement de Siparex en 2022.

Une année 2021 placée sous le signe de la crois­sance et de perfor­mances record. Bertrand Rambaud, président de Sipa­rex, est en route avec ses équipes (100 personnes et 20 recru­te­ments prévus en 2022) pour atteindre la barre des 5 milliards d’eu­ros d’ac­tifs sous gestion en 2025 (voir Lyon Déci­deurs de mai 2021). En passant de 2,2 milliards à 3 milliards, soit une crois­sance de 30% des actifs sous gestion en 2021, Sipa­rex a fran­chi une étape impor­tante l’an dernier. La levée de 818 millions d’eu­ros repré­sente un niveau histo­rique pour le groupe lyon­nais, soit deux fois plus qu’en 2020. La moitié de ces fonds a été appor­tée par des clients insti­tu­tion­nels, un tiers par des fonds de fonds et 15% par des family offices/corpor­tates avec, au total, 60% de nouveaux sous­crip­teurs. Bertrand Rambaud se féli­cite de la « démo­cra­ti­sa­tion du métier » avec un FCPR Sipa­rex Multi Access, bien­tôt réfé­rencé chez des assu­reurs et distri­bu­teurs (banques privées) avec possi­bi­lité de sous­crip­tion à partir de 10 000 euros.

Ces levées de fond record ont aussi été possibles grâce à la palette élar­gie que propose Sipa­rex sur tous les champs d’ac­com­pa­gne­ment de la trans­for­ma­tion des entre­prises (trans­for­ma­tion numé­rique, tran­si­tion éner­gé­tique avec l’in­té­gra­tion de Tilt, plan de relance) et ce quelle que soit la taille des entre­prises : ETI, Midcap, start up. C’est ainsi que les inves­tis­se­ments (prises de parti­ci­pa­tion) ont, eux aussi, été multi­pliés par deux à 300 millions d’eu­ros avec désor­mais des opéra­tions majo­ri­taires (Destia et Winn­care) et une acti­vité soute­nue aussi bien pour XAnge (inno­va­tion) que pour les fonds Sipa­rex Mezza­nine (quasi fonds propres). Année record aussi pour les cessions qui se sont élevées à 522 millions avec de très belles sorties, aussi bien pour Sipa­rex ETI que pour XAnge.

Sipa­rex, qui repré­sente un porte­feuille total de 300 parti­ci­pa­tions, a vu ces dernières enre­gis­trer une crois­sance moyenne de leur valeur de 35% l’an dernier avec plus de 60 opéra­tions de crois­sance externe. Avec XAnge, repris à la Banque Postale voici 5 ans, Sipa­rex possède quatre licornes en porte­feuille sur les 25 que compte l’Hexa­gone. A savoir : Odoo, Believe, Ledger et Lydia avec deux intro­duc­tions en bourse réali­sées en 2021 (Believe et MisterS­pex). Le groupe de capi­tal inves­tis­se­ment s’ins­crit, par ailleurs, plei­ne­ment dans les projets liés au plan de relance et de moder­ni­sa­tion de l’éco­no­mie avec deux appels d’offres rempor­tés : le Fonds France Nucléaire (financé par EDF et l’Etat) pour soute­nir les entre­prises de la filière (avec d’ores et déjà, deux exclu­si­vi­tés d’in­ves­tis­se­ment en cours) et le Fonds d’Obli­ga­tions Relances/Grou­pe­ment terri­toires de crois­sance (initié par la FFA).

26% en Auvergne-Rhône-Alpes

Bertrand Rambaud réaf­firme par ailleurs la place essen­tielle d’Au­vergne-Rhône-Alpes dans la stra­té­gie de déve­lop­pe­ment du groupe. « Cela repré­sente 26% du porte­feuille du groupe avec un chiffre d’af­faires cumulé de 8,5 milliards d’eu­ros de nos parti­ci­pa­tions dans cette région, 30 000 emplois et 30 millions € inves­tis en 2021 ». Et ce à travers diffé­rents véhi­cules, dont Rhône-Alpes PME (co-entre­prise avec les Caisses d’Epargne de Rhône-Alpes) : 53 inves­tis­se­ments, 50 cessions depuis l’ori­gine et 28 entre­prises actuel­le­ment en porte­feuille qui affichent une crois­sance moyenne de 20% par an. L’im­pli­ca­tion de Sipa­rex dans la trans­for­ma­tion des entre­prises régio­nales s’ef­fec­tue à travers Rebond & Redé­ploie­ment qui inclut à la fois le Fonds souve­rain régio­nal initié par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et géré par Sipa­rex et les FRI (Fonds régio­nal d’in­ves­tis­se­ment) dont le 1er est en phase de désin­ves­tis­se­ment et le 2ème en phase d’in­ves­tis­se­ment avec 13 parti­ci­pa­tions (3 nouveaux inves­tis­se­ments et 3 cessions en 2021).

Pour le Fonds souve­rain régio­nal, 78 millions d’eu­ros sont levés avec un objec­tif d’ar­ri­ver à 100 millions. « Autour de Rebond & Redé­ploie­ment, nous avons une équipe de dix personnes dont trois nouvelles recrues, explique Pierre Taillar­dat, président du direc­toire du Fonds souve­rain. Nous aidons au renfor­ce­ment des fonds propres et à l’ac­com­pa­gne­ment des entre­prises de proxi­mité de la région, à tous les stades de leur déve­lop­pe­ment, de la petite entre­prise à l’ETI avec des tickets d’in­ves­tis­se­ment de 300 000 euros à 10 millions d’eu­ros, tous secteurs confon­dus avec l’ex­per­tise histo­rique de Sipa­rex sur les entre­prises indus­trielles. Nous agis­sons en support de stra­té­gie de rebond, en accé­lé­ra­tion de crois­sance orga­nique et de crois­sance externe ». Les deux premiers inves­tis­se­ments du Fonds souve­rain régio­nal devraient être annon­cés dans les prochaines semaines.

Remonter