Sébas­tien Bouillet inves­tit encore à Miri­bel

Le célèbre pâtissier-chocolatier à la tête de la maison Bouillet renforce ses positions à Miribel avec un investissement de 2 millions d'euros dans son nouveau laboratoire sur les bords du Rhône.
© Philippe Vaures Santa Maria

Le pâtis­sier-choco­la­tier lyon­nais, à la tête de la maison fami­liale instal­lée depuis 1977 sur le plateau de la Croix-Rousse, renforce sa présence à Miri­bel. Présent dans la commune aindi­noise depuis 2016, Sébas­tien Bouillet vient d’ac­qué­rir un bâti­ment en friche de 800 m2 sur un terrain de 3500 m2, situé juste en face de son labo­ra­toire de produc­tion sur les bords du Rhône. Un inves­tis­se­ment à 2 millions d’eu­ros, réalisé grâce à deux prêts bancaires. « On cher­chait à s’agran­dir depuis trois quatre ans puisque nos instal­la­tions deve­naient trop étroites. L’idée, c’était d’avoir plus d’es­pace et donc plus de confort pour nos colla­bo­ra­teurs, et pouvoir ainsi déve­lop­per notre créa­ti­vité, notam­ment sur la partie choco­la­te­rie », déve­loppe le diri­geant, qui compte une douzaine de points de vente entre Lyon et Tokyo. 

Rester arti­san

Grâce à ce nouveau labo­ra­toire, investi par les colla­bo­ra­teurs d’ici septembre, la maison Bouillet entend travailler plus en amont sur les incon­tour­nables de son calen­drier (Noël, Pâques, Saint-Valen­tin,…). « On veut essayer d’avoir ce coup d’avance. On conti­nue d’avan­cer avec beau­coup de R&D, mais le but c’est de rester arti­san et c’est mon rôle de veiller à cela, pour­suit Sébas­tien Bouillet. Ce n’est pas parce qu’on gros­sit, avec un labo bien plus grand que l’on va chan­ger. Le but c’est de fran­chir des paliers, sans aller vers des choses qui nous poussent à l’in­dus­tria­li­sa­tion. » Avec de nouveaux projets d’ou­ver­tures de boutiques dans les tuyaux dans le 6e ou en centre-ville, la maison Bouillet (100 colla­bo­ra­teurs) espère fran­chir le cap des 10 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires en 2022.

Remonter