Navya : Sophie Désor­mière aux commandes

La nouvelle présidente du directoire de Navya a pris ses fonctions, hier. Les actionnaires du groupe l’ont choisie pour son profil expérimenté et international. Quatrième dirigeante de Navya en 8 ans, Sophie Désormière est une ancienne de chez Valéo et Solvay.

Depuis sa créa­tion en 2014, le Lyon­nais Navya, spécia­liste des systèmes de mobi­lité auto­nome, a connu pas moins de quatre prési­dents. Autant dire, un turn over plutôt élevé, pour une jeune société rapi­de­ment intro­duite en bourse et qui compte deux action­naires histo­riques : Valéo et Kéolis. Sophie Désor­mière, qui a pris ses fonc­tions hier, est la quatrième titu­laire du poste de président du direc­toire après Chris­tophe Sapet (ex co-fonda­teur d’In­fo­grames), Etienne Hermite et Pierre Lahutte qui exerçait cette fonc­tion « à titre tran­si­toire » depuis juin dernier. Il reste toute­fois membre du direc­toire en charge de la stra­té­gie et des parte­na­riats.

En choi­sis­sant de recru­ter Sophie Désor­mière, le conseil de surveillance de Navya a choisi un profil expé­ri­menté pour accé­lé­rer la trans­for­ma­tion de la société afin de déployer des solu­tions commer­ciales de mobi­lité auto­nome de niveau 4, tant en France qu’à l’étran­ger. La nouvelle patronne opéra­tion­nelle de Navya possède une expé­rience de 25 ans à des postes de direc­tion dans de grands groupes inter­na­tio­naux, dont 17 ans dans l’in­dus­trie auto­mo­bile chez Valéo et 8 ans dans l’in­dus­trie chimique chez Solvay. Plus récem­ment, Sophie Désor­mière a aussi œuvré dans le capi­tal inves­tis­se­ment avec des parte­naires finan­ciers améri­cains et asia­tiques sur des projets dans la mobi­lité.

180 navettes commer­cia­li­sées

Autant dire qu’elle arrive avec un solide bagage pour confor­ter Navya dans sa stra­té­gie de déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal. Sophie Désor­mière ne cache pas son enthou­siasme alors qu’elle prend les rênes de Navya, « un fleu­ron tech­no­lo­gique français dans le domaine des nouvelles mobi­li­tés urbaines. Béné­fi­ciant d’une solide expé­rience au niveau mondial, Navya offre des systèmes auto­nomes, zéro émis­sion et de niveau 4 en phase avec l’am­bi­tion des villes de réin­ven­ter de façon durable, moins polluante et plus fluide, la mobi­lité pour les personnes et les biens. Je suis impa­tiente d’ap­por­ter mon expé­rience auto­mo­bile, marke­ting et commer­ciale afin d’ac­cé­lé­rer le déve­lop­pe­ment de NAVYA et réali­ser une crois­sance durable et rentable ».

Navya reven­dique d’avoir été la première société à mettre en service des solu­tions de mobi­lité auto­nome à partir de 2015. Avec 280 colla­bo­ra­teurs en France (Lyon-Villeur­banne et Paris) dans le Michi­gan et à Singa­pour, Navya se fixe comme objec­tif de deve­nir un acteur de réfé­rence des systèmes de mobi­lité auto­nome pour le trans­port de passa­gers et de biens. La société lyon­naise a déjà commer­cia­lisé plus de 180 exem­plaires de sa navette Auto­nom Shut­tle dans plus d’une ving­taine de pays. Quant à son Trac­teur Auto­nom Tract, il est destiné au trans­port de biens. Navya a décro­ché la certi­fi­ca­tion ISO 9001 en septembre dernier.

Consent choices
Remonter