Les Halles Metro Gerland opéra­tion­nelles

La troisième implantation du groupe allemand dans la Métropole a ouvert ses portes ce matin avec 13 000 références et 400 produits locaux. Une ferme urbaine de 3 000 m2 sur le toit terrasse proposera 7 tonnes de fruits et d’herbes aromatiques par an. A la clé, 70 emplois créés et un investissement d’environ 20 millions d’euros.

« Lyon repré­sente la 2ème constel­la­tion de restau­rants en France avec un restau­rant pour 300 habi­tants et une demande très forte de produits de qualité, explique Pascal Peltier, direc­teur géné­ral de Metro France. Les restau­ra­teurs deman­daient que l’on se rapproche du cœur de Lyon avec une forte demande de produits locaux ». Présent à Vaulx-en-Velin depuis 1987 (150 sala­riés) et Limo­nest depuis 1992 (80 , le 1er four­nis­seur gros­siste de la restau­ra­tion indé­pen­dante dispose depuis ce matin d’une troi­sième adresse au sein de la Métro­pole de Lyon avec les Halles Metro Gerland. Ce sera la première adresse dans Lyon intra muros pour le gros­siste avec voca­tion de livrer les profes­sion­nels de la restau­ra­tion présents dans les 9 arron­dis­se­ments lyon­nais. L’en­semble est logé dans une ancienne friche indus­trielle (ex Ciapem-Fagor Brandt) avec la volonté de Metro d’en faire une « plate­forme logis­tique, urbaine et écores­pon­sable de 18 000 m2 ». Le projet a été dessiné par le cabi­net d’ar­chi­tectes Leclercq & Asso­ciés et porté par le groupe immo­bi­lier d’Yvan Patet, em2c (promo­teur construc­teur) et le fonds Ginkgo, spécia­liste du renou­vel­le­ment urbain (aména­geur inves­tis­seur). L’im­meuble a été revendu à un fonds et se trouve aujourd’­hui dans la galaxie d’AG2R La Mondiale.

AG2R La Mondiale proprié­taire de l’im­meuble

« Nos clients aiment se retrou­ver et se voir, précise Pascal Peltier. C’est pour cela que nous avons innové dans un pôle accueil et service, un espace dégus­ta­tion pour la cuisine des chefs. L’objec­tif, c’est que les clients viennent le plus souvent possible, se sentent bien ici et que l’on soit au rendez-vous des produits et des conseils ». Au total, cette 99e implan­ta­tion de Metro en France repré­sente 3 500 m2 de surface de vente, 1 500 m2 de réserves, plus de 2 000 m2 de zones de stockage (frais, surgelé et tempéré) dédiées à la logis­tique. Plus de 13 000 réfé­rences (dont 2 500 non alimen­taires) et 400 produits locaux sont propo­sés à la vente. Ces halles disposent aussi de bornes de commande pour les produits lourds et volu­mi­neux avec possi­bi­lité de récu­pé­rer ces achats en 30 minutes. Metro a aussi travaillé sur la réduc­tion de l’em­preinte carbone en propo­sant une flotte de véhi­cules de livrai­son 100% éner­gies renou­ve­lables pour les clients de proxi­mité avec des camions au biogaz et à l’hy­dro­gène, ainsi que des tripor­teurs.

 Et puis, cerise sur le gâteau, Metro Gerland a installé une ferme urbaine de 3 000 m2 sur le toit-terrasse de l’im­meuble qui aura pour ambi­tion de produire 7 tonnes de fruits (tomates et fram­boises, entre autres) et herbes aroma­tiques par an. C’est une start up greno­bloise « Sous les fraises », spécia­li­sée dans le marai­chage urbain, qui s’est vue confier l’ex­ploi­ta­tion de cet espace. Ce lieu pourra égale­ment être mis à la dispo­si­tion des clients et colla­bo­ra­teurs comme espace de partage pour y orga­ni­ser des récep­tions sur la période esti­vale. Dirigé par Domi­nique Saba­tier, Metro Gerland a recruté 70 personnes (70% à l’ex­té­rieur et 30% venus des deux autres maga­sins de l’ag­glo­mé­ra­tion). Le groupe alle­mand pèse 30 milliards d’eu­ros de chiffre d’af­faires total, dont plus de 4 milliards en France.

Remonter