Résul­tats records pour SEB en 2021

Avec un bénéfice net de 454 millions € en hausse de 51% en 2021, SEB confirme les performances records de l’exercice écoulé. Les ventes en ligne atteignent 39%. Et les investissements innovation s’élèvent à 266 millions d’euros. Une nouvelle croissance est attendue en 2022.

« SEB va bien, SEB est fort ». Présen­tant une dernière fois les résul­tats annuels du groupe en tant que PDG (dans 4 mois, il ne sera plus « que » président), Thierry de La Tour d’Ar­taise (photo) ne cachait pas sa satis­fac­tion, ce soir, en détaillant les perfor­mances du leader mondial du petit équi­pe­ment domes­tique. Outre le chiffre d’af­faires histo­rique à 8,059 milliards d’eu­ros (+ 16%), SEB a réalisé de très bons résul­tats, en dépit de « vents contraires » pesant pour 300 millions d’eu­ros (devises, appro­vi­sion­ne­ments, prix des matières premières, etc). Avec un résul­tat opéra­tion­nel d’ac­ti­vité de 813 millions d’eu­ros (+ 34%), le groupe basé à Ecully affiche une marge opéra­tion­nelle de 10,1% reve­nue à son niveau d’avant crise sani­taire.

Le résul­tat d’ex­ploi­ta­tion augmente de 42% à 715 millions et le résul­tat bondit de 51% à 454 millions. Avec une dette finan­cière nette de 1,524 milliard et des capi­taux propres qui tutoient les 3,3 milliards, SEB affiche un ratio dette/fonds propres très raison­nable de 46%. C’est donc un divi­dende de 2,45 € par action que le groupe va propo­ser à ses action­naires, en hausse de 14,5%. Les déten­teurs d’ac­tions depuis plus de 2 ans auront même droit à un bonus de 10%.

400 brevets dépo­sés par an

Plus que jamais, « l’in­no­va­tion est au cœur de la crois­sance du groupe » rappelle Stanis­las de Gram­mont, le futur direc­teur géné­ral du groupe, avec des inves­tis­se­ments inno­va­tion annuels de 266 millions d’eu­ros (284 millions d’in­ves­tis­se­ments totaux en 2021) et 400 brevets dépo­sés par an. Et SEB confirme sa digi­ta­li­sa­tion avec 39% de ses ventes réali­sées en ligne. En termes d’ac­ti­vi­tés, SEB marche à nouveau sur ses deux jambes. Si la partie grand public a affi­ché une crois­sance de 16,7% en 2021, les acti­vi­tés profes­sion­nelles (machines à café pros, notam­ment, avec WMF) ont bien rebondi avec un + 9,2%. « Nos acti­vi­tés grand public et profes­sion­nelles contri­buent toutes deux à ce record, profi­tant plei­ne­ment d’une demande struc­tu­relle forte liée à l’évo­lu­tion des compor­te­ments des consom­ma­teurs », précise Thierry de La Tour d’Ar­taise.

Quant à l’im­pact de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, sous réserve de la tour­nure future des événe­ments, SEB précise que ces deux pays repré­sentent moins de 5% de son chiffre d’af­faires total avec 120 sala­riés en Ukraine et 1 000 en Russie, tout en se disant très préoc­cupé pour leur sécu­rité.

Un groupe fami­lial de 165 ans

Pour 2022, le PDG de SEB anti­cipe une nouvelle crois­sance des ventes et une hausse du résul­tat opéra­tion­nel d’ac­ti­vité. « Nous pour­sui­vons avec constance et déter­mi­na­tion notre stra­té­gie basée sur l’at­trac­ti­vité de nos marques, l’in­no­va­tion produit, le déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal et l’ac­ti­va­tion de tous les canaux de distri­bu­tion », ajoute Thierry de La Tour d’Ar­taise. Et de conclure : « notre Groupe fête cette année ses 165 ans, il s’est construit sur un action­na­riat fami­lial pérenne et une culture d’en­tre­prise forte, qui lui ont permis non seule­ment de faire face tout au long de son histoire aux nombreux défis géopo­li­tiques, écono­miques, socié­taux, qu’il a traver­sés mais surtout d’être le leader mondial de son indus­trie ».

Remonter