Année record pour bioMé­rieux

Avec un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d’euros en hausse de 8,3% et un bénéfice net qui bondit de 49% à 601 millions, bioMérieux a réalisé un exercice 2021 record, assurant 93% de ses ventes à l’international.

Une nouvelle année record pour bioMé­rieux, le spécia­liste du diagnos­tic in vitro très présent sur les mala­dies infec­tieuses et notam­ment le Covid avec une gamme complète de tests. A 3,376 milliards d’eu­ros, son chiffre d’af­faires 2021 a progressé de 8,3% en 2021 et même de 10,5% en crois­sance orga­nique. Un effet de change néga­tif de 69 millions a pesé pour 2,2%. Quant aux résul­tats, ils affichent des montants records : 801 millions pour le résul­tat opéra­tion­nel courant (soit 23,7% du chiffre d’af­faires) et 601 millions pour le résul­tat net part du groupe en hausse de 49%. Alexandre Mérieux, PDG de bioMé­rieux (photo), parle d’une « perfor­mance remarquable dans un envi­ron­ne­ment vola­tile toujours marqué par la pandé­mie », avant d’ajou­ter : « les gammes sans lien direct avec la Covid-19 ont enre­gis­tré des résul­tats solides et nous avons renforcé notre posi­tion de leader des tests syndro­miques. Dans un contexte global incer­tain, bioMé­rieux est très bien posi­tionné pour répondre aux enjeux de santé publique que repré­sentent la résis­tance aux anti­mi­cro­biens et une éven­tuelle endé­mi­cité de la Covid-19 ».

 290 millions d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ments

En 2021, l’en­tre­prise de Marcy l’Etoile a engagé pour 290 millions d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ments (9% de son acti­vité). Elle affiche une tréso­re­rie nette de 341 millions pour un endet­te­ment net de 92 millions. Avec un effec­tif de 13 000 personnes, bioMé­rieux est implanté dans 44 pays et vend dans 160 pays. La filiale de l’Insti­tut Mérieux réalise 93% de son acti­vité hors des fron­tières hexa­go­nales.

Pour 2022, bioMé­rieux prévoit que « la crois­sance des ventes devrait rester solide en micro­bio­lo­gie et en indus­trie, et forte pour les panels non respi­ra­toires de la gamme Biofire, tandis que la demande liée au Covid devrait se réduire ». Consé­quence, le chiffre d’af­faires devrait évoluer entre – 3 et – 7% à taux de change et péri­mètre constants. Quant au résul­tat opéra­tion­nel courant contri­bu­tif, il devrait être compris entre 530 et 610 millions d’eu­ros, à taux de change courant.

Le divi­dende proposé à la prochaine assem­blée géné­rale du 23 mai, sera de 0,85 euro par action, repré­sen­tant la distri­bu­tion de 17% du résul­tat net.

Consent choices
Remonter