Frank Debouck élu président de l’Uni­ver­sité de Lyon

Après le blocage de novembre, la fumée blanche a fini par sortir du conseil d’administration de l’Université de Lyon. Jim Walker a retiré sa candidature. Frank Debouck est le nouveau président de l’université lyonnaise. Il succède à deux administrateurs provisoires.

Epilogue de deux ans sans président. L’Univer­sité de Lyon a, enfin, élu un succes­seur à Khaled Bouab­dal­lah, parti début février 2020. Pendant 2 ans, elle a fonc­tionné avec un admi­nis­tra­teur provi­soire : Stéphane Marti­not, ex direc­teur du cabi­net du président de l’Uni­ver­sité de Lyon et direc­teur de la Fonda­tion pour l’Uni­ver­sité de Lyon pendant plus d’un an et demi. Puis Luc Johann, ces trois derniers mois. Car les trois tours de scru­tin du 30 novembre 2021 qui devaient dépar­ta­ger les deux préten­dants n’ont pas permis de déga­ger une majo­rité claire. Du 1er au 3ème tour de scru­tin, à chaque fois, les 44 admi­nis­tra­teurs de la Comue (Commu­nauté d’uni­ver­si­tés et établis­se­ments) lyon­naise ont émis stric­te­ment le même choix : 21 voix pour Frank Debouck, 19 voix pour Jim Walker et 4 absten­tions. Pas de majo­rité abso­lue, pas de président. Nouvelle élec­tion renvoyée trois mois plus tard, le 1er mars 2022. Faute d’ar­ri­ver à se dépar­ta­ger, les deux préten­dants sont au moins d’ac­cord sur un point majeur : l’Uni­ver­sité de Lyon doit se réfor­mer en profon­deur. Après avoir piteu­se­ment perdu la face dans le dossier de l’IDEX (Initia­tive d’ex­cel­lence) et des finan­ce­ments aussi, faute de montrer un visage uni vis-à-vis du gouver­ne­ment, l’Univer­sité de Lyon ne pouvait pas se permettre, une nouvelle fois, d’af­fi­cher ses divi­sions. Après avoir longue­ment discuté et échan­ger pour avoir un projet, somme toute, consen­suel, les deux candi­dats sont parve­nus à un accord. Jim Walker retire sa candi­da­ture quelques jours avant le scru­tin de ce matin, lais­sant la voie libre à Frank Debouck. Ce dernier a été élu sans problème.

Ancien de chez Air France

C’est donc un profil issu du monde de l’en­tre­prise qui prend les manettes de l’Uni­ver­sité de Lyon. Ancien Centra­lien, passé par une filiale de la Caisse des Dépôts (Sinorg), il restera plus de 20 ans chez Air France dans diffé­rentes fonc­tions dont celle de respon­sable de l’ex­ploi­ta­tion de Concorde. Il crée ensuite une struc­ture de conseil interne avant de lancer une entité dédiée aux audits sécu­rité des compa­gnies aériennes. Il sera même start uper en 2007 avec la créa­tion d’AFM42, dans le milieu hospi­ta­lier, audi­teur à l’IHEDN et, enfin, direc­teur de l’Ecole Centrale de Lyon, de novembre 2011 à l’an dernier. A partir de 2015, il cumule cette fonc­tion avec celle de vice-président des rela­tions entre­prises de l’Univer­sité de Lyon.

Un poste qui lui permet de prépa­rer patiem­ment le terrain pour la nouvelle mission qui est désor­mais la sienne de N°1 de l’Univer­sité de Lyon. Arrivé avec l’étiquette de défen­seur des écoles privées, face au repré­sen­tant des facul­tés publiques (Jim Walker est vice-président de Lyon 2, chargé des rela­tions inter­na­tio­nales), Frank Debouck aura fini par convaincre les admi­nis­tra­teurs de la perti­nence de son projet et su trou­ver un terrain d’en­tente avec son oppo­sant du 30 novembre dernier.

Remonter