Hilton signe son retour en terre lyon­naise

L’ancien Golden Tulip Eurexpo a pris l’enseigne Double Tree by Hilton en début d’année à la suite de sa reprise par Solanet Gestion Hôtelière. 2 millions d’euros ont été investis dans la réfection des chambres. Et un spa arrive cet été.

Hilton s’était retiré de la scène hôte­lière lyon­naise en 2015 après le rachat de l’éta­blis­se­ment de la Cité Inter­na­tio­nale par Jean-Claude Lavo­rel qui lui avait préféré l’en­seigne Marriott. Sept ans plus tard, la célèbre  marque signe son retour via Double Tree by Hilton qui pose son enseigne pres­ti­gieuse sur l’an­cien Golden Tulip Eurexpo au cœur du Parc tech­no­lo­gique de Saint-Priest. Thomas Crochet (photo), direc­teur géné­ral de l’éta­blis­se­ment et président du Club hôte­lier lyon­nais, souligne avec fierté qu’il s’agit du 1erDouble Tree by Hilton à s’ins­tal­ler en France, alors que la marque compte plus de 500 établis­se­ments (135 000 chambres) dans 47 pays dans le monde. « Nous avons ouvert le 10 janvier avec une belle reprise et plus de clients étran­gers, explique Thomas Crochet. Deux millions d’eu­ros ont été inves­tis dans la réfec­tion de toutes les chambres. Nous en aurons 140 au début de l’été. Et nous ouvri­rons aussi un spa cet été ».

Sur un posi­tion­ne­ment quatre étoiles premium, l’hô­tel qui a vu le jour en 2011, vise une clien­tèle très tour­née vers les entre­prises, les salons et les sémi­naires, qu’il s’agisse des 200 entre­prises du Parc Tech­no­lo­gique, d’Eurexpo ou du Grou­pama Stadium. Il a accueilli de nombreuses équipes natio­nales lors de l’Euro 2016, mais aussi la Juven­tus Turin ou bien encore des clubs de Ligue 1.

Tran­sac­tion à 100 millions d’eu­ros

L’éta­blis­se­ment s’ap­puie aussi sur son restau­rant Le Cocon et son chef d’ori­gine viet­na­mienne, Minh Dung Tiet, formé à l’Insti­tut Paul Bocuse et ancien candi­dat du Bocuse d’Or pour les sélec­tions d’Asie. Passé par Daniel et Denise, le chef joue à la fois sur la richesse de la gastro­no­mie française et lyon­naise ainsi que sur des saveurs asia­tiques. Très impliqué dans une démarche déve­lop­pe­ment durable (l’hô­tel est une construc­tion HQE, Haute qualité envi­ron­ne­men­tale), l’éta­blis­se­ment dispose d’un pota­ger à proxi­mité immé­diate avec une large sélec­tion de légumes anciens (la mons­trueuse de Lyon, le cardon vert de Vaulx-en-Velin, le poireau bleu de Solaize). Sans comp­ter les ruches sur le toit de l’hô­tel qui enri­chissent l’offre du petit-déjeu­ner.

Cet établis­se­ment est l’un des douze établis­se­ments du groupe SCSP (Société des cinq sœurs Pochet­tino) présidé par Philippe Imber­ton et repris en juin 2021 par un pool d’in­ves­tis­seurs emmené par Exten­dam, Bpifrance et Sola­net Gestion hôte­lière. Une tran­sac­tion d’une centaine de millions d’eu­ros présen­tée, à l’époque comme « la plus impor­tante opéra­tion de capi­tal inves­tis­se­ment hôte­lier de l’an­née en France ». Philippe Imber­ton reste action­naire mino­ri­taire dans le nouvel ensemble opéré par Sola­net Gestion hôte­lière (1 200 chambres à Lyon, Paris, Chalon-sur-Saône, Genève/Pays de Gex). Outre l’ar­ri­vée de Double Tree by Hilton, un autre établis­se­ment du groupe s’ap­prête à chan­ger d’en­seigne, tandis qu’un nouvel hôtel d’une centaine de chambres va bien­tôt ouvrir ses portes sur le secteur Croix-Rousse Caluire-et-Cuire.

Remonter