Louis Pelaez porte un recours en justice contre le budget métro­po­li­tain

Le président du groupe d’opposition à la Métropole de Lyon porte une action en justice contre le budget métropolitain voté le 24 janvier dernier par la majorité écologiste. Il déplore le manque de rigueur de l’exécutif sur ce dossier, coupable d’avoir oublié en amont du vote un document obligatoire au sujet de leur action… environnementale.

Le groupe d’op­po­si­tion à la Métro­pole de Lyon « Inven­ter la Métro­pole de demain », dont font notam­ment partie Gérard Collomb, Louis Pelaez, Yann Cuche­rat ou Chris­tophe Geourjon, compte bien jouer son rôle de poil à grat­ter de la majo­rité écolo­giste jusqu’au bout. Et même jusque devant la justice. Les élus du groupe centriste ont déposé ce mardi un recours pour faire annu­ler le budget 2022 de la Métro­pole de Lyon, voté lors du conseil métro­po­li­tain fin janvier. Ils reprochent à la majo­rité de Bruno Bernard d’avoir fait l’im­passe sur le rapport déve­lop­pe­ment durable 2021. Un docu­ment « pour­tant obli­ga­toire avant le vote du budget de chaque collec­ti­vité, des plus petites communes, aux dépar­te­ments ou régions depuis 2011 », déplore Louis Pelaez, le président du groupe d’op­po­si­tion qui compte 11 membres sur les 150 élus du conseil métro­po­li­tain. 

« Amateu­risme, dilet­tan­tisme & tartuf­fe­rie »

Ce fameux docu­ment doit présen­ter des indi­ca­teurs de suivi, des objec­tifs fiables et chif­frés pour rendre compte de la situa­tion en matière de déve­lop­pe­ment durable. Une obli­ga­tion légale portée à l’époque par plusieurs ministres proches des mouvances écolos comme Jean-Louis Borloo, pour pous­ser les collec­ti­vi­tés à agir sur ces ques­tions de rési­lience écolo­gique. « En décembre dernier, le rapport déve­lop­pe­ment durable qui nous a été présenté s’est révélé être un simple docu­ment de trois pages, sans annexes ni réelle présen­ta­tion, prolonge Nicole Sibeud, élue du groupe Inven­ter la Métro­pole de Lyon. Il s’agis­sait davan­tage d’une énumé­ra­tion de bonnes inten­tions plutôt que d’un rapport détaillé. Et c’était surtout très éloi­gné de ce qui se faisait jusqu’a­lors par la Métro­pole, qui produi­sait un rapport très détaillé, assorti de nombreux indi­ca­teurs de suivi. »

Le groupe d’op­po­si­tion fustige un travail qu’ils jugent bâclé et incom­plet. « Jamais nous n’au­rions penser que les Verts ne présen­te­raient pas de rapport déve­lop­pe­ment durable digne de ce nom. Cela souligne leur amateu­risme, et leur dilet­tan­tisme. Ils ne sont pas capables de répondre à une obli­ga­tion légale et bien respec­tée de toutes les collec­ti­vi­tés », insiste Louis Pelaez. Si cette action en justice venait à abou­tir, la majo­rité métro­po­li­taine se verrait alors dans l’obli­ga­tion de relan­cer le proces­sus budgé­taire. « Notre objec­tif n’est pas de para­ly­ser le fonc­tion­ne­ment de la Métro­pole, nous sommes suffi­sam­ment respon­sables pour ne pas bloquer la machine. Ce recours n’est pas suspen­sif et n’em­pêche pas la Métro­pole d’ef­fec­tuer ses dépenses. Nous voulons surtout dénon­cer l’in­com­pé­tence et la tartuf­fe­rie de l’équipe en place », concluent les élus. 

>>>À lire aussi : Le tacle appuyé de Bruno Bernard sur Laurent Wauquiez

Remonter