OFF Global, la star­tup lyon­naise qui a séduit Nokia

C'est par l'intermédiaire de la startup lyonnaise OFF Global que Nokia s'attaque au marché des ordinateurs portables. Le géant finlandais a délivré un accord de licence à cette jeune pousse qui s'est chargée de la conception et de la fabrication d'un PC dont la commercialisation est prévue en juin.

Un ordi­na­teur portable créé de A à Z depuis Lyon et bien­tôt vendu sous la marque Nokia. Pour se lancer sur le marché – en forte crois­sance – des ordi­na­teurs portables, le géant finlan­dais a signé un accord de licence avec la star­tup OFF Global, basée rue de Brest (Lyon 2e), qui a déve­loppé un PC dont la commer­cia­li­sa­tion doit débu­ter en juin. « Dès la créa­tion d’OFF Global en 2020, l’objec­tif était de porter cette licence avec Nokia car nous savions que la marque souhai­tait étendre son porte­feuille avec une gamme d’or­di­na­teurs portables. Nous les avons appro­chés et les discus­sions ont duré plusieurs mois avant d’abou­tir à un accord », rapporte David Garcia, le direc­teur géné­ral d’OFF Global qui compte une tren­taine de colla­bo­ra­teurs à Lyon, Aix-en-Provence et en Chine. Une équipe « d’ex­perts dans la concep­tion et la distri­bu­tion de produits élec­tro­niques » qui a déve­loppé en 18 mois un ordi­na­teur portable « entrée-milieu de gamme » vendu à partir de 699 euros sous le nom de Nokia PureBook Pro. « Nous avons travaillé en étroite colla­bo­ra­tion avec les équipes de Nokia à Londres, San Fran­cisco et en Finlande pour inven­ter tota­le­ment cet ordi­na­teur », reprend David Garcia. En plus de la fabri­ca­tion, OFF Global est égale­ment respon­sable de la stra­té­gie de mise sur le marché, des ventes, du service client ainsi que du service après-vente.

« Nous reven­diquons notre ancrage lyon­nais »

Pour son « déploie­ment commer­cial progres­sif », le premier ordi­na­teur portable de Nokia sera d’abord dispo­nible en Europe occi­den­tale, Afrique du Nord, Thaï­lande et au Canada pour atteindre 22 pays d’ici à la fin de l’an­née. « Nous allons évidem­ment profi­ter de la puis­sance de la marque qui est très forte auprès des consom­ma­teurs même si Nokia n’était jusqu’à main­te­nant pas présent sur ce produit. C’est une belle opéra­tion d’avoir récu­péré cette licence très connue car il est très diffi­cile de s’im­po­ser from scratch sur le marché des ordi­na­teurs portables qui est mono­po­lisé par six grandes marques », détaille David Garcia qui ne dévoile pas d’objec­tif de ventes. « Mais l’idée est d’y aller tranquille­ment, serei­ne­ment. » Et si OFF Global n’a, jusqu’à présent, volon­tai­re­ment pas fait parler d’elle, la star­tup entend se faire connaître main­te­nant qu’elle entre dans la phase de commer­cia­li­sa­tion de son produit. « Et nous reven­diquons notre ancrage lyon­nais », rapporte David Garcia, qui discute actuel­le­ment avec des acteurs de la place lyon­naise – banques et fonds d’in­ves­tis­se­ment – en vue d’une levée de fonds (dont le montant n’est pas commu­niqué) en prépa­ra­tion.

Remonter