Peugeot au volant de Tivoly

L’an­nonce du mois de février est désor­mais effec­tive : Peugeot Frères Indus­trie a racheté Tivoly, l’en­tre­prise savoyarde leader français du marché de l’ou­til coupant et cotée en bourse. La filiale à 100% des Etablis­se­ments Peugeot Frères, détient désor­mais 73,12% de Tivoly SA et s’ap­prête à dépo­ser courant avril 2022, une OPA simpli­fiée, visant le solde du capi­tal de l’en­tre­prise fami­liale au même prix de 42,05 euros par action, soit une prime de + 106% par rapport au dernier cours de clôture avant l’an­nonce de l’en­trée en négo­cia­tions exclu­sives le 3 février dernier.

Tivoly a, par ailleurs, présenté ses résul­tats 2021, à savoir un chiffre d’af­faires de 80,7 millions d’eu­ros qui a pratique­ment retrouvé son niveau de 2019. Son EBITDA s’éta­blit à 8,1 millions soit autour de 10% de marge et le résul­tat net, part du groupe, ressort à 3 millions (3,7% du chiffre d’af­faires). L’en­det­te­ment se situe à 10 millions d’eu­ros pour des capi­taux propres de 35,4 millions. La direc­tion se dit « confiante quant à la capa­cité de l’en­tre­prise de pour­suivre une trajec­toire de crois­sance rentable et durable tout en mettant l’ac­cent sur la RSE et l’in­no­va­tion ».

Le nouveau proprié­taire de Tivoly, Peugeot Frères Indus­trie, est une filiale à 100% des Établis­se­ments Peugeot Frères, la holding de tête du groupe fami­lial Peugeot. Au travers de ses propres filiales, parti­ci­pa­tions, licences et projets, Peugeot Frères Indus­trie a pour mission de « déve­lop­per la marque Peugeot hors acti­vité auto­mo­bile ainsi que d’autres marques parta­geant le même ADN d’in­gé­nio­sité au service du quoti­dien ».

De son côté, Jean-François Tivoly (photo), PDG de l’en­tre­prise savoyarde déclare : « Ces dernières années nous avons établi des bases solides pour le déve­lop­pe­ment futur de notre groupe. Notre rappro­che­ment avec Peugeot Frères Indus­trie nous permet­tra d’ex­ploi­ter au mieux ce poten­tiel et d’ac­cé­lé­rer notre crois­sance tant orga­nique qu’ex­terne. Mon père Jean Michel Tivoly et mes deux frères Marc et Edouard qui ont beau­coup œuvré à ce rappro­che­ment, ainsi que moi-même, sommes très heureux de cette opéra­tion qui garan­tit la péren­nité de l’en­tre­prise au sein d’un action­na­riat fami­lial français et d’une culture parta­gée ».

Remonter