Boiron en crois­sance de 60% au 1er trimestre

Certes, la compa­rai­son s’ef­fec­tue par rapport à un 1er trimestre 2021 exécrable qui avait vu Boiron chuter de 41%. Reste qu’a­vec une crois­sance de 59,9% de son chiffre d’af­faires au 1er trimestre 2022 à 145,7 millions d’eu­ros, le leader de l’ho­méo­pa­thie fait plus que compen­ser sa dégrin­go­lade d’il y a un an. En France, la crois­sance s’élève à 49% et le chiffre d’af­faires hexa­go­nal (77 millions d’eu­ros) repré­sente 52,8% du total du groupe au 1er trimestre. L’Eu­rope, hors France, croît de + 72% et la zone Amérique du Nord de 63,9%. Les médi­ca­ments homéo­pa­thiques reculent de 1,8% et les spécia­li­tés homéo­pa­thique progressent de 70,2%. Forte progres­sion aussi des autres produits de santé (dispo­si­tifs médi­caux tels que les tests Covid, complé­ments alimen­taires, cosmé­tiques) à 33,1 millions d’eu­ros. Dans le cadre de sa stra­té­gie d’in­no­va­tion, Boiron a lancé au cours de ce 1er trimestre, un nouveau médi­ca­ment homéo­pa­thique indiqué dans les symp­tômes de la vari­celle.

Concer­nant l’en­semble de l’exer­cice 2022, la direc­tion de Boiron estime que les ventes seront poten­tiel­le­ment impac­tées par le contexte géopo­li­tique actuel. « Nous veillons atten­ti­ve­ment à l’évo­lu­tion de la situa­tion et à ses consé­quences et prenons les dispo­si­tions néces­saires quant à l’or­ga­ni­sa­tion de nos acti­vi­tés. Toute­fois, nous anti­ci­pons une crois­sance du chiffre d’af­faires en 2022 ».

Remonter