Emma­nuel Macron haut la main à Lyon et dans la Métro­pole

Le président sortant tutoie les 80% à Lyon, 73% dans la Métropole et 68,6% dans le Rhône. Majoritaire dans tous les départements d’Auvergne-Rhône-Alpes, c’est en Haute-Loire qu’il réalise son moins bon score : 50,16%. Laurent Wauquiez n’a rien fait pour l’aider face à Marine Le Pen.
Photo Susie Waroude

Gérard Collomb au sommet de sa puis­sance en mai 2017 avait permis à Emma­nuel Macron de réali­ser des scores impres­sion­nants à Lyon (84,1%) et dans la Métro­pole de Lyon (75,5%). Cinq ans plus tard, l’an­cien ministre de l’In­té­rieur et sa majo­rité sèche­ment battus en juin 2020, tant à la Ville qu’à la Métro­pole (avec une parti­ci­pa­tion de 35% seule­ment), la ques­tion se posait de savoir si le président de la Répu­blique sortant serait en capa­cité de réédi­ter d’aussi bons scores. Force est de recon­naître que celle qui n’est plus la capi­tale de la macro­nie depuis 2 ans a, de nouveau, offert à Emma­nuel Macron d’ex­cel­lents scores, tout juste infé­rieurs de quelques points à 2017, là où le président recule de sept points au niveau natio­nal. A Lyon, Emma­nuel Macron approche des 80% (79,8%), soit 4,3 points de moins qu’en 2017. Dans l’en­semble de la Métro­pole de Lyon, il tota­lise 73,03% (76% à Villeur­banne, 2e ville de l’ag­glo­mé­ra­tion et 68,6% à Vénis­sieux, 3e ville), en recul de 2,5 points. Sa concur­rente, Marine Le Pen progresse de 2,6 points, alors qu’elle engrange 7,5 points de plus qu’en 2017 dans toute la France. La candi­date du RN progresse plus dans le Rhône (autre­ment dit dans les zones rurales où elle est majo­ri­taire dans plusieurs petites communes) avec un score dépar­te­men­tal de 31,3%, de 5 points supé­rieur à celui de 2107. Emma­nuel Macron perd, quant à lui, 5 points dans le Rhône : 68,6% contre 73,6% en 2017.

59,76% pour Macron en Auvergne-Rhône-Alpes

Pour l’en­semble de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Emma­nuel Macron réalise un score légè­re­ment supé­rieur à son résul­tat natio­nal : 59,76% contre 40,24% pour Marine Le Pen. Majo­ri­taire dans les 12 dépar­te­ments de la région, c’est en Haute-Loire qu’il réalise son moins bon score : 50,16%, une infime majo­rité. Il est vrai que le leader poli­tique du dépar­te­ment, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez n’a pas ménagé ses critiques à l’en­contre du président de la Répu­blique pendant toute la campagne et a mis tout son poids au lende­main du 1er tour pour que LR n’ap­pelle pas à voter pour Emma­nuel Macron, mais joue la carte d’un « ni, ni », qui n’a pas fait l’una­ni­mité dans son parti. Va-t-il se servir de ce score très élevé de Marine Le Pen en Haute-Loire pour être à nouveau candi­dat aux légis­la­tives et faire barrage au RN sur ces terres ? C’est une hypo­thèse qui n’est pas à exclure, Laurent Wauquiez souhai­tant aussi retrou­ver une tribune natio­nale pour peser dans la recom­po­si­tion de la droite. Dans ce cas-là et, s’il est élu, il lui faudra quit­ter la prési­dence de la région, un an tout juste après sa réélec­tion, loi sur le cumul des mandats oblige.

Parti­ci­pa­tion main­te­nue à Lyon

Quant à la parti­ci­pa­tion de ce 2nd tour de la prési­den­tielle, elle reste iden­tique à Lyon par rapport au 2nd tour de la prési­den­tielle de 2017 (75,8%), supé­rieure d’un peu plus de 3 points à la moyenne natio­nale. Elle recule de 2,7 points dans la Métro­pole de Lyon et de 1,6 point dans l’en­semble du Rhône. En ce qui concerne les blancs et nuls, ils atteignent un chiffre élevé (7% à Lyon dont 5,5% de blancs), infé­rieur toute­fois aux chiffres de 2017 au niveau natio­nal (11% dont 8% de bulle­tins blancs).

Remonter