Sour­cing Force : l’am­bi­tion intacte de Jérémy Ferrer

La start-up Lyonnaise Sourcing Force, spécialisée dans l’externalisation des achats et l’approvisionnement, connaît un léger creux post-Covid et voit son chiffre d’affaires tomber à un peu plus de 10 millions d’euros. Mais le directeur général Jérémy Ferrer, table sur un retour à la croissance dès cette année et ambitionne 50 millions de chiffres d’affaires à l'horizon 2025.

Présen­tée comme un cham­pion de la crois­sance avec un taux moyen de 70% au cours des cinq dernières années, la fintech lyon­naise de 35 colla­bo­ra­teurs Sour­cing Force, spécia­li­sée dans l’ex­ter­na­li­sa­tion des achats et l’ap­pro­vi­sion­ne­ment a enre­gis­tré un recul de son acti­vité en 2021 avec un chiffre d’af­faire de 10 millions d’eu­ros (contre 12,8 millions d’eu­ros en 2020). En cause, la fin d’un « effet covid ». « Notre métier consiste à ache­ter tout ce que les entre­prises n’ont pas l’ha­bi­tude d’ache­ter. Et le Covid a amené plein d’achats qui ne sont pas habi­tuels comme des masques, gants, tests anti-covids…  », détaille Jérémy Ferrer, le direc­teur géné­ral de Sour­cing Force.

Objec­tif : 50 millions de chiffre d’af­faires pour 2025

Nulle­ment inquiet par cette baisse, Jérémy Ferrer affirme qu’au contraire « la crise sani­taire a permis de tisser des liens avec de nouveaux clients.  » Prochain objec­tif : atteindre 50 millions de chiffre d’af­faires à l’ho­ri­zon 2025. Un chiffre « pas forcé­ment ambi­tieux  » selon Jérémy Ferrer. « Entre les deux clients que l’on a signés cette année, on a déjà un poten­tiel à 30 millions d’eu­ros, déclare-t-il. Si on les intègre correc­te­ment et que l’on arrive à maxi­mi­ser ce poten­tiel, nous arri­ve­rons à ce chiffre estimé. »

Valen­tine Briant

Remonter