Vicat : Guy Sidos constate « une solide crois­sance ».

Avec un chiffre d’af­faires de 789 millions d’eu­ros au 1er trimestre 2022, Vicat affiche une crois­sance de + 11,6% (et même de + 12,4% à péri­mètre et change constants). Le groupe cimen­tier, basé à l’Isle d’Abeau, enre­gistre une progres­sion dans toutes les zones du monde sauf pour la partie euro­péenne (hors France). Dans l’Hexa­gone, la crois­sance se monte à + 6% à 271 millions. C’est en zone Amériques que la progres­sion est la plus marquée + 27% ainsi que la Médi­ter­ra­née + 23,6%. L’aug­men­ta­tion des prix de vente est en ligne avec les attentes du groupe. Vicat annonce un haut niveau d’in­ves­tis­se­ment en 2022 à 400 millions d’eu­ros, conju­gué à une hausse sensible du chiffre d’af­faires. L’Ebitda sera aussi en crois­sance. Les capi­taux propres s’éta­blissent à 2,675 milliards d’eu­ros et la dette nette à 1,546 milliard. Le conflit en Ukraine n’a eu aucun impact sur l’ac­ti­vité du groupe au 1er trimestre 2022.

Dyna­misme de ses marchés

Pour Guy Sidos, son PDG (photo), « la perfor­mance du groupe Vicat au 31 mars reflète le dyna­misme de ses marchés, en dépit d’une base de compa­rai­son élevée. L’évo­lu­tion géopo­li­tique récente n’a pas eu de consé­quence directe au cours de ce trimestre sur le niveau d’ac­ti­vité du groupe, qui enre­gistre ainsi une solide crois­sance par rapport à la même période en 2021. Dans un contexte global qui offre peu de visi­bi­lité à court terme, notam­ment sur les coûts de l’éner­gie, le groupe pour­suit sa stra­té­gie d’amé­lio­ra­tion de sa perfor­mance indus­trielle, d’uti­li­sa­tion accrue des combus­tibles secon­daires, et mène une poli­tique de prix adap­tée à ce nouvel envi­ron­ne­ment, afin d’at­teindre ses objec­tifs opéra­tion­nels, envi­ron­ne­men­taux et socié­taux ».

Remonter