Lyon BD Festi­val : Nico­las Piccato prêt pour un grand millé­sime

Le nouveau directeur de Lyon BD arrivé en septembre dernier a préparé une 17ème édition dense qui signe le grand retour du festival lyonnais cette fin de semaine avec 200 auteurs attendus, 100 événements, 20 expos et 16 pays représentés, dont deux auteurs birmans qui ont fui leur pays. Après 25 ans à parcourir le monde, Nicolas Piccato a planté sa tente à Lyon. Explications.

Né à Paris avec des origines italiennes, Nico­las Piccato (photo) se retrouve étudiant à emlyon et s’in­té­resse au mana­ge­ment inter­na­tio­nal. Un an au Dane­mark à plan­cher sur l’éthique des affaires. Une formi­dable envie de voyages et d’ap­prendre les langues : le chinois (manda­rin) et l’es­pa­gnol pour complé­ter sa pano­plie de poly­glotte averti. Tout juste diplômé, il rejoint L’Oréal, envoyé comme VIE (Volon­taire Inter­na­tio­nal en Entre­prise) en Corée du Sud. Il travaille sur des études de marché. « A l’époque, le pays était très fermé aux étran­gers. C’était d’au­tant plus inté­res­sant d’y travailler », précise Nico­las Piccato. Outre quelques mois au siège à Paris, il pour­suit l’aven­ture à Mexico. Après l’aven­ture L’Oréal, il reste à Mexico et se tourne vers une autre passion, le cinéma. Etudiant, il avait dirigé le ciné-club de l’école. Cette fois-ci, il inter­vient dans la produc­tion de VHS et la distri­bu­tion. Puis il crée le 1er cinéma d’art et d’es­sai indé­pen­dant de la capi­tale du Mexique.

Atta­ché d’am­bas­sade et entre­pre­neur

« A chaque cycle, c’est un choix de passion qui me guide », explique Nico­las Piccato qui accepte une mission d’at­ta­ché audio­vi­suel de l’am­bas­sade de France à Séoul qu’il retrouve avec plai­sir. L’oc­ca­sion d’ap­prendre le coréen et, à nouveau, de créer une entre­prise, une fois les 4 ans à l’am­bas­sade termi­nés. « Huit ans de vie intense », admet-il avec le recul. Avec Panda Média, il embrasse la produc­tion, la distri­bu­tion audio­vi­suelle, l’évé­ne­men­tiel cultu­rel, la produc­tion ciné­ma­to­gra­phique de longs métrages. Agent pour TV5 Monde, il accepte aussi la prési­dence de la Chambre italienne de commerce en Corée pendant 3 ans. Jamais rassa­sié de décou­verte cultu­relle, il n’hé­site pas quand une nouvelle propo­si­tion arrive en 2017, à retour­ner sur le conti­nent nord-améri­cain, au Canada cette fois-ci pour 4 ans de d’at­ta­ché audio­vi­suel et cultu­rel à l’am­bas­sade de France à Ottawa. « Une expé­rience toute aussi inté­res­sante et intense que les précé­dentes ». Des premiers contacts avec Lyon pour Nuits Sonores, mais aussi avec Lyon BD, soucieux de sa dimen­sion inter­na­tio­nale. L’idée de reve­nir en France commence à germer et, sans hési­ta­tion, à Lyon plutôt qu’à Paris. Alors quand Mathieu Diez quitte Lyon BD pour le Liban, Nico­las Piccato se porte candi­dat.

Lyon BD pour un retour à Lyon

Recruté début septembre à la direc­tion de Lyon BD, Nico­las Piccato se lance dans un vaste chan­tier de recons­ti­tu­tion de l’équipe après 3 départs. Fan de BD sans en être un profes­sion­nel, il multi­plie les rendez-vous pour connaître et décou­vrir tout l’éco­sys­tème public, ainsi que les librai­ries spécia­li­sées et les auteurs. La prochaine édition de Lyon BF Festi­val, les 10, 11 et 12 juin 2022, sera la 1ère sans mesures de restric­tion sani­taire. « Seize pays seront repré­sen­tés, près de 200 auteurs ont confirmé leur venue et une ving­taine d’ex­po­si­tions est prévue, souligne Nico­las Piccato. Nous voulons que Lyon devienne un des premiers festi­vals de France. Des grands noms inter­na­tio­naux sont atten­dus, l’Ita­lien Zero­cal­care, l’Al­le­mand Ralf Koenig ou bien encore la Hollan­daise Aimée de Jongh ». Les Bédéistes Wooh et Hu, qui ont fui la Birma­nie seront aussi à Lyon cette fin de semain. Hôtel de ville, Chapelle de la Trinité, Comé­die Odéon, Musée des Beaux-Arts, Goethe Insti­tut, entre autres, sont mobi­li­sés autour de l’évé­ne­ment. Sans oublier le Festi­val Jeunes et le Festi­val Off qui se déroule tout le mois de juin, du 1er au 30. Au total, 60 lieux cultu­rels et 100 événe­ments program­més.

1er pôle de créa­tion de BD d’Eu­rope

En paral­lèle, un autre projet majeur occupe les jour­nées bien remplies du nouveau direc­teur : le démé­na­ge­ment des bureaux de Lyon BD au sein du collège graphique (ex François Truf­faut) avec la volonté de créer une rési­dence de créa­tion, un atelier graphique avec une ving­taine de postes de travail. « Nous avons l’am­bi­tion de lancer le 1er pôle de créa­tion de BD d’Eu­rope en janvier prochain autour d’un lieu pérenne dans le quar­tier des Pentes. Cela veut dire aussi redé­ve­lop­per l’as­so­cia­tion, avoir un club de parte­naires, en s’ap­puyant sur le Festi­val pour accé­lé­rer notre déve­lop­pe­ment ». L’en­tre­pre­neur cultu­rel ne manque pas d’idées.

Remonter