Jean-François Carenco se retrouve ministre délé­gué aux Outre-Mer

Jean-François Carenco, l’an­cien préfet du Rhône et de la Région Rhône-Alpes entre novembre 2010 et mars 2015 fait son entrée au gouver­ne­ment d’Elisa­beth Borne à la veille de fêter ses 70 ans, jeudi prochain. Il sera chargé des Outre-Mer auprès de Gérald Darma­nin, ministre de l’In­té­rieur et des Outre-Mer. Un domaine que de ce haut fonc­tion­naire connait bien pour avoir été, au cours de sa carrière, préfet de St-Pierre et Mique­lon et de la Guade­loupe. Au sein de la préfec­to­rale, ce diplômé d’HEC et de l’ENA, est aussi passé par les Yvelines (comme secré­taire géné­ral), le Tarn-et-Garonne et la région Midi-Pyré­nées, la Haute-Savoie, la Seine-Mari­time et la Haute-Norman­die et Paris et l’Ile-de-France qu’il avait rejoint après son passage d’un peu plus de 4 ans à Lyon.

Baby et Népal

Depuis 2017, il prési­dait la CRE, Commis­sion de régu­la­tion de l’éner­gie. Connu pour son franc parler et ses colères, Jean-François Carenco (photo), a travaillé aussi plusieurs années (2004–2010) auprès de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Em­ploi, du Travail, de la Cohé­sion sociale puis éphé­mère ministre de l’Eco­no­mie et des Finances, puis ministre de l’Eco­lo­gie et du déve­lop­pe­ment durable dans des fonc­tions de direc­teur de cabi­net.

A Lyon, au milieu de dossiers autre­ment plus stra­té­giques, Jean-François Carenco avait eu à trai­ter du trans­fert des éléphants du Parc de la Tête d’Or, Baby et Népal, à Monaco. Un dossier sur lequel il était inta­ris­sable, répon­dant à moult inter­views et avec délec­ta­tion sur le sujet qu’il avait négo­cié en direct avec la prin­cesse Stépha­nie de Monaco.

Remonter