Un conseiller en inves­tis­se­ment lyon­nais lour­de­ment sanc­tionné par l’AMF

Une amende de 150 000 euros assor­tie d’une inter­dic­tion d’exer­cer l’ac­ti­vité de conseiller en inves­tis­se­ments finan­ciers pendant une durée de dix ans. L’AMF, le gendarme des marchés finan­ciers, a eu la main lourde à l’en­contre de Serge Monin, le Pdg d’Au­dit Patri­moine Conseil, basé dans le 3e arron­dis­se­ment, qui comp­tait 4 colla­bo­ra­teurs avant son place­ment en liqui­da­tion judi­ciaire le 16 novembre dernier.

De nombreux griefs

Dans une procé­dure enga­gée fin 2019, l’AMF fait de nombreux griefs à la struc­ture lyon­naise d’in­ves­tis­se­ment. Parmi eux : la recom­man­da­tion à ses clients d’in­ves­tis­se­ment dans des place­ments dont la commer­cia­li­sa­tion « n’était pas auto­ri­sée en France », l’ab­sence « d’une procé­dure de lutte contre le blan­chi­ment des capi­taux », « de n’avoir collecté aucun élément d’iden­ti­fi­ca­tion et d’in­for­ma­tion sur ses clients lors de l’en­trée en rela­tion d’af­faire » ou encore d’avoir commu­niqué à la mission de contrôle de l’AMF « des docu­ments mani­fes­te­ment anti­da­tés ».

L’AMF souligne égale­ment que le rappor­teur a convoqué Serge Monin à une audi­tion « à laquelle il ne s’est pas présenté », pas plus qu’il n’a déposé d’ob­ser­va­tions aux noti­fi­ca­tions des griefs.

Remonter