Descours & Cabaud : William de Pinieux nommé Pdg d’une nouvelle gouver­nance

Jusqu'alors président du conseil de surveillance, William de Pinieux est nommé Président- directeur général du groupe lyonnais de négoce. Il est épaulé dans l'opérationnel par Philippe Massonneau qui reprend sa casquette de directeur général. Une réorganisation alors que Descours & Cabaud a réalisé le meilleur exercice de son histoire l'an dernier avec un chiffre d'affaires de 4,6 milliards d'euros.

Le géant lyon­nais du négoce en four­ni­tures pour l’in­dus­trie et le bâti­ment Descours & Cabaud change (une nouvelle fois) de gouver­nance et retrouve une direc­tion bicé­phale. Philippe Masson­neau, nommé président du direc­toire il y a deux ans tout juste, retrouve sa casquette de direc­teur géné­ral tandis que William de Pinieux, jusqu’a­lors président du conseil de surveillance, est nommé Président direc­teur géné­ral et va donc doré­na­vant jouer un rôle opéra­tion­nel. Une petite révo­lu­tion interne, alors que Descours & Cabaud avait adopté il y a sept ans seule­ment un mode de gouver­nance avec deux conseils, l’un de surveillance et l’autre du direc­toire. « Ces deux instances travaillaient avec des liens très étroits et fonc­tion­naient bien, mais nous avons donc jugé plus effi­cace de reve­nir à un mode de gouver­nance avec un tandem pdg-direc­teur géné­ral. Cette nouvelle orga­ni­sa­tion permet aussi d’avoir deux personnes opéra­tion­nelles pour diri­ger un groupe qui se déve­loppe forte­ment », commente William de Pinieux. Sa nomi­na­tion revêt égale­ment un carac­tère symbo­lique puisqu’elle signe le retour d’un descen­dant des familles fonda­trices pour pilo­ter le groupe, ce qui n’était plus le cas depuis 2015 avec les nomi­na­tions d’Alain Morvand (qui occupe aujourd’­hui le poste de direc­teur du déve­lop­pe­ment) puis de Philippe Masson­neau.

« L’an­née 2021 a été excep­tion­nelle »

Cette réor­ga­ni­sa­tion inter­vient alors que Descours & Cabaud a réalisé, en 2021, le meilleur exer­cice de son histoire débu­tée il y a 240 ans avec un chiffre d’af­faires de 4,6 milliards d’eu­ros dont 34% à l’in­ter­na­tio­nal (Europe et Amérique du Nord). « L’an­née a été excep­tion­nelle, et cela s’ex­plique par un effet de rattra­page de l’an­née 2020 marqué par la crise du covid ainsi qu’un contexte infla­tion­niste. Et si l’on compare à 2019 qui est notre dernière année de réfé­rence, le chiffre d’af­faires a progressé de 18%, nous pouvons donc être fiers de nos équipes », détaille William de Pinieux, qui trouve égale­ment un motif de satis­fac­tion dans le résul­tat courant avant impôt qui bondit à 316 millions d’eu­ros alors qu’il était compris entre 138 et 151 millions d’eu­ros entre 2017 et 2020. Le nouveau Pdg reste toute­fois prudent pour l’exer­cice 2022, malgré un « bon premier semestre ». « L’an­née 2022 a notam­ment commencé de manière remarquable en Amérique du Nord, même si un ralen­tis­se­ment de la crois­sance est à prévoir au second semestre », prévient William de Pinieux.

Consent choices
Remonter