Barreau de Lyon : le tandem Yves Harte­mann-Valé­rie Giet en pole posi­tion

Un seul binôme se présente à ce jour pour briguer la succession de Marie-Josèphe Laurent et Jean-François Barre le 1er janvier 2024 à la tête du barreau de Lyon. D’autres candidatures peuvent voir le jour d’ici au 28 octobre avec un scrutin programmé les 14-15 novembre.

Pour l’ins­tant, ils sont les seuls candi­dats au bâton­nat et vice-bâton­nat du barreau de Lyon pour les années 2024–2025. Comme le veut la tradi­tion, l’élec­tion du futur bâton­nier s’ef­fec­tue toujours un an avant sa prise de fonc­tion. En l’oc­cur­rence, les 3 800 avocats du barreau de Lyon sont appe­lés aux urnes (vote élec­tro­nique) le lundi 14 novembre et mardi 15 novembre prochains si un 2e tour s’avère néces­saire. A ce jour, un seul binôme mixte s’est déclaré. A savoir Yves Harte­mann (photo) au poste de bâton­nier et Valé­rie Giet comme vice-bâton­nière. Un binôme inversé par rapport aux actuels titu­laires du poste et jusqu’au 31 décembre 2023 sont Marie-Josèphe Laurent et Jean-François Barre.

Spécia­liste du droit des victimes

Avocat depuis bien­tôt 34 ans, Yves Harte­mann a commencé sa carrière fin 1988 avec une spécia­li­sa­tion dans le droit des victimes (acci­dents, mais aussi terro­risme). Il est engagé, en ce moment, comme avocat des parties civiles au procès de l’at­ten­tat terro­riste de Nice. Membre du Conseil de l’ordre depuis 2021 et asso­cié sur le plan profes­sion­nel avec Joseph Palaz­zolo au sein du cabi­net HP, Yves Harte­mann défend l’as­so­cia­tion Mémoire des Anges et 60 victimes au procès qui se déroule à Paris. Outre la robe d’avo­cat péna­liste, Yves Harte­mann a aussi revêtu l’écharpe de maire pendant 13 ans de 1995 à 2008 à Grézieu la Varenne et s’est présenté aussi avec l’étiquette MoDem à des élec­tions légis­la­tives. Depuis le prin­temps 2020, il est conseiller muni­ci­pal à Char­bon­nières-les-Bains.

Avocate d’af­faires

Quant à sa colis­tière, Valé­rie Giet, elle fêtera ses 30 ans de barreau en décembre prochain avec trois décen­nies de fidé­lité au cabi­net Cefides qu’elle a rejoint comme conseillère juri­dique stagiaire à la fin des années 1980, avant d’en deve­nir co-gérante en 1998. Passée par les univer­si­tés Lyon 3 et Cler­mont-Auvergne, spécia­li­sée en droit des affaires et droit des socié­tés, Valé­rie Giet préside aux desti­nées de l’ACE Lyon depuis 3 ans (Avocats conseil d’en­tre­prise). Elle est enga­gée au sein de Femmes Busi­ness Angels -FBA- et de l’as­so­cia­tion Le Petit Monde.

Le binôme Harte­mann-Giet fait campagne sur le thème : « pour une profes­sion épanouie qui entre­prend, innove et rayonne ». Il entend aussi « favo­ri­ser l’in­té­gra­tion des jeunes avocats » dans le cadre de ces élec­tions. Rappe­lons que les 14–15 novembre, outre le bâton­nier et le vice-bâton­nier, seront élus : 8 membres du Conseil de l’Ordre (binômes mixtes) pour un mandat de 3 ans (qui prend, effet, lui au 1er janvier 2023), mais aussi un membre du Conseil de l’Ordre candi­dat mascu­line pour un mandat partiel de 1 an et 4 repré­sen­tants du Jeune Barreau pour un mandat de 2 ans (à comp­ter du 1er janvier 2023).

Les candi­dats ont jusqu’au 28 octobre 17 heures pour dépo­ser leur candi­da­ture. Un autre binôme pour­rait donc sortir du bois dans les prochains jours pour le bâton­nat/vice-bâton­nat, ne serait-ce que pour donner un peu de piment au scru­tin qui pâti­rait d’une absence de plura­lité de candi­da­ture.

Remonter