CPME : la rentrée de Franck Morize

Première rentrée du nouveau président de la CPME du Rhône. Son équipe 100% masculine accueillera deux femmes prochainement. Un nouveau lieu « After h’all », nouvel espace collaboratif au service de toutes les transitions, est à la disposition de tous les adhérents.

Un président heureux et épanoui. Franck Morize, le tout nouveau patron de la CPME du Rhône, a présenté son équipe au complet, trois vice-prési­dents délé­gués connus et en place depuis le 1er juillet dernier : Gaëtan de Sainte-Marie (PDG de Qantis), Vincent Girma (PDG de RAS Inte­rim) et Philippe Bossanne (PDG d’Hut­to­pia) et un nouveau secré­taire géné­ral, Frank Lebel, arrivé début septembre en prove­nance de la Chambre de métiers et de l’ar­ti­sa­nat. « Des personnes que je connais­sais bien avant et avec qui je partage des valeurs qui seront le socle de notre action », déclare Franck Morize. Forcé­ment, cette équipe 100% mascu­line, inter­pelle par son absence de mixité. « Nous allons nous ouvrir aux femmes et, prochai­ne­ment, deux d’entre elles rejoin­dront notre équipe diri­geante », s’em­presse de préci­ser le président de la CPME.

L’homme, la valeur ajou­tée des PME

Refu­sant de se défi­nir comme opti­miste ou pessi­miste, il se reven­dique comme « réaliste » et veut voir dans toutes les diffi­cul­tés du moment, des « oppor­tu­ni­tés ». Et ce n’est pas un hasard si cette réunion de rentrée se tient dans un nouveau lieu (quai Fulchi­ron, dans l’im­meuble de la SACVL), baptisé « After h’all » et qui se veut un espace colla­bo­ra­tif au service des toutes les tran­si­tions. L’Af­ter h’all prend la suite du CPME for h’all, lieu de ferti­li­sa­tion croi­sée héber­geant des start up. Aujourd’­hui, il n’est pas ques­tion de se limi­ter aux seules start up, mais de s’in­té­res­ser à toutes les tran­si­tions auxquelles sont confron­tées les PME. « Nous travaillons aussi bien sur la dimen­sion socié­tale, en rappe­lant que la valeur ajou­tée dans les PME, c’est l’homme ; que sur la dimen­sion envi­ron­ne­men­tale et le chan­ge­ment de modèle qui nous concerne tous », ajoute Franck Morize. Et d’ex­pliquer l’im­por­tance de la valeur travail, de la répar­ti­tion des richesses, les défis de la crois­sance et de l’éner­gie. Et de plai­der pour « réha­bi­li­ter le modèle des PME autour d’une écono­mie réhu­ma­ni­sée, défi­nan­cia­ri­sée, décar­bon­née. Les PME ont un rôle déter­mi­nant à jouer. Si on ne change pas, on est mort », tranche Franck Morize, très atta­ché à la réforme de l’as­su­rance chômage et à la trajec­toire de baisse des impôts de produc­tion sur 2 ans. « Ils sont plus élevés en France que chez nos voisins. Cette baisse appor­tera un peu d’oxy­gène pour le rembour­se­ment des PGE, dès lors qu’on n’a pas obtenu de les rembour­ser sur 10 ans ».

Évène­ment sur les trans­for­ma­tions en mars 2023

Et chacun des trois vice-prési­dents délé­gués d’ex­pliquer, ensuite, sa contri­bu­tion à l’œuvre collec­tive. Gaëtan de Sainte-Marie annonce pour mars 2023 un événe­ment « décoif­fant » sur les « trans­for­ma­tions ». Vincent Girma entend « écou­ter ce que les gens veulent, les impliquer à tous les niveaux » et souligne « l’im­por­tance des rela­tions dans l’en­tre­prise plutôt que le baby­foot que l’on installe dans un salle ». Quant à Philippe Bossanne, préoc­cu­pée depuis toujours par le déve­lop­pe­ment durable, il juge primor­dial de « ne pas lais­ser une dette à nos enfants ».

Crédit photo: Damien Juquel

Remonter