Johann Milani et Amaury Dupouey cherchent 3 millions d’eu­ros pour ballad.club

Après 500 000 euros levés en février dernier, les deux créa­teurs des slow­café et espaces de cowor­king sofffa (à Terreaux et à Guillo­tière) lancent une deuxième levée de fonds de 3 millions d’eu­ros pour déve­lop­per ballad.club, leur nouveau concept qui propose un abon­ne­ment fixe aux télé­tra­vailleurs, donnant ainsi un accès à des espaces de travail « atypiques  » partout en France : cabane dans les arbres, van aménagé, studio photo… « On rentre dans une nouvelle phase du projet, affirme Johann Milani. Nous avons 75 abon­nés et on espère arri­ver à 500 abon­nés à fin 2023 donc pour ça, on a besoin de nouveau lieux. On regarde pour se déve­lop­per à Marseille, à Paris et on veut inves­tir dans de nouveaux équi­pe­ments à la campagne.  » Un projet en « bonne voie  » et « crédible » selon l’en­tre­pre­neur, qui espère clore cette levée de fonds au premier trimestre 2023 : « Cela reste une levée de fonds ambi­tieuse et ça ne va pas se concré­ti­ser en 2 secondes. Mais pour le moment, les retours que l’on a sont vrai­ment bons avec beau­coup de marques d’in­té­rêts de la part de nos inves­tis­seurs.  »

Doubler les effec­tifs en 2023

En créant ballad.club en mai 2022, Johann Milani et Amaury Dupouey s’adressent aux « travailleurs modernes  », micro-entre­pre­neurs, travailleurs free­lance, libres de choi­sir leurs lieux de travail en réser­vant en ligne sur l’ap­pli­ca­tion, pour un abon­ne­ment mensuel de 250 euros par mois. « A l’heure actuelle, on a entre 20 et 25 000 euros de reve­nus récur­rents mensuels. Mais ça change de mois en mois parce qu’on recrute des abon­nés petits à petits : on se déve­loppe à peu près de 15% chaque mois. » La start-up qui emploie entre 10 et 15 colla­bo­ra­teurs espère notam­ment doubler ses effec­tifs « en fonc­tion des talents que l’on va trou­ver et du déve­lop­pe­ment du projet  » détaillent les deux fonda­teurs.
Valen­tine Briant

Remonter