Avec Philippe Ratto et Arnaud Legrand, RATP Dev place ses pions à Lyon

Alors que le Sytral a choisi de découper le marché des transports en commun lyonnais à partir de 2025, les équipes de RATP Dev, menées par Arnaud Legrand et Philippe Ratto, préparent leur réponse aux deux appels d’offres. Avec l’envie et le besoin de s’ancrer davantage dans le bassin lyonnais.

RATP Dev muscle son jeu à Lyon. En vue du prochain appel d’offres pour l’ex­ploi­ta­tion du réseau TCL, dont le verdict sera connu au prin­temps 2024, la filiale du groupe RATP renforce ses posi­tions sur les deux lots mis à la concur­rence par le Sytral. Avec les nomi­na­tions d’Arnaud Legrand, direc­teur d’offre métro et tram­way, et de Philippe Ratto, direc­teur d’offre bus et trol­ley­bus, arri­vés à Lyon en août dernier, l’opé­ra­teur (27 000 colla­bo­ra­teurs dans le monde, dont 5 000 en France) espère bien jouer les premiers rôles sur un réseau lyon­nais exploité depuis 1993 par les équipes de Keolis.

>>>À lire aussi : Réseau TCL : Le Sytral vote en faveur de l’al­­lo­­tis­­se­­ment

« Avec cet allo­tis­se­ment (le décou­page du marché des trans­ports en commun en deux lots, NDLR), le Sytral montre son envie de créer et de stimu­ler la concur­rence. C’est évidem­ment un choix qu’on respecte », évoque Arnaud Legrand. Absent du dernier appel d’offres en 2017, où seul Keolis s’était d’ailleurs porté candi­dat, RATP Dev entend bien profi­ter de cette dyna­mique concur­ren­tielle. « Ce contrat pour l’ex­ploi­ta­tion du réseau TCL est l’un des plus gros contrats qui existent en France. Ce sont deux contrats qui repré­sentent chacun 200 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires par an, c’est énorme. Les oppor­tu­ni­tés de cette taille là sont rares », soulignent les deux repré­sen­tants de RATP Dev, qui réalise déjà 40% de son chiffre d’af­faires annuel (1,7 milliard d’eu­ros dans le monde en 2022) en France.

RATP Dev y va « pour gagner les deux lots »

Face à ce défi de taille, l’opé­ra­teur fran­ci­lien place ses pions sur l’échiquier lyon­nais. « Pour répondre à ces deux appels d’offres, il faut monter une équipe et être sur place. Donc nous travaillons conjoin­te­ment avec une équipe locale d’une douzaine de personnes et des équipes au siège », détaille Arnaud Legrand. Les équipes lyon­naises ont élu domi­cile dans un espace de cowor­king du cours Lafayette, à quelques mètres des Halles Paul Bocuse. Le groupe a donc choisi une direc­tion bicé­phale, avec deux équipes distinctes sur les deux lots mis à la concur­rence, et observe de près les problèmes à répé­ti­tion subis par Keolis sur l’ex­ploi­ta­tion du métro. « La colère des usagers, on la comprend puisque nous sommes nous-mêmes usagers, indique Arnaud Legrand, direc­teur d’offre métro. Notre ambi­tion c’est d’opé­rer ce système demain, donc personne n’a inté­rêt à ce que les usagers n’aient plus confiance en ce système. »

>>>À lire aussi : Thomas Fontaine (Keolis) : « Ce n’est jamais agréable d’en­­tendre dire qu’on s’est endor­­mis »

Déjà présent à Vienne, Anne­masse, Aix-les-Bains ou Thonon-les-Bains, RATP Dev, encore assez méconnu dans la région, cherche désor­mais à se faire un nom sur la place lyon­naise. Épau­lée par l’agence de commu­ni­ca­tion Plus2Sens, l’en­tre­prise multi­plie donc les parte­na­riats et rencontres avec la presse depuis l’au­tomne. « Nous répon­dons à cet appel d’offres avec l’objec­tif de deve­nir l’opé­ra­teur et de nous instal­ler dura­ble­ment ici, détaillent Arnaud Legrand et Philippe Ratto. Il est donc néces­saire de s’an­crer dans ce bassin lyon­nais, de comprendre le terri­toire, ses acteurs, asso­cia­tions, médias ou grou­pe­ments d’en­tre­prises pour faire la meilleure réponse possible. » Cette réponse, atten­due par le Sytral d’ici avril, commence à prendre forme : « On ne peut pas dévoi­ler ce qu’on va propo­ser, mais on y va pour gagner les deux lots. Quand on engage autant de moyens, de ressources et d’en­vie, c’est pour gagner. C’est en tout cas notre objec­tif. »

Remonter