Règle­ment local de publi­cité : avis défa­vo­rable de la commis­sion d’enquête publique

Avis défavorable à l’unanimité de la commission d’enquête publique sur le RLP de la Métropole de Lyon. Le Collectif des professionnels de la communication extérieure s’en réjouit et espère pouvoir échanger avec la Métropole de Lyon qui présentera un nouveau RLP au conseil métropolitain des 26-27 juin.

« La commis­sion regrette l’ab­sence d’étude sur les consé­quences écono­miques et sociales qui aurait permis de dispo­ser d’une évalua­tion quan­ti­fiée permet­tant d’objec­ti­ver les impacts et ainsi d’abou­tir à un projet restric­tif mais équi­li­bré. En consé­quence de quoi, la commis­sion émet à l’una­ni­mité un avis défa­vo­rable ». Un dossier de 600 pages et une conclu­sion claire et sans ambi­guïté de la commis­sion d’enquête publique sur le Règle­ment local de publi­cité -RLP- élaboré par la Métro­pole de Lyon. Un RLP contre lequel le Collec­tif des profes­sion­nels de la commu­ni­ca­tion exté­rieure, cofondé par Julien Aguet­tant, diri­geant de Light Air (photo), s’est mobi­lisé avec force en 2021/2022 (voir lyon­de­ci­deurs.com – 7 juin 2021).

« Je n’ai pas encore lu tout le dossier, juste le résumé, mais je comprends que le commis­saire enquê­teur consi­dère qu’il n’y a pas eu assez de concer­ta­tion et que ce RLP-là est un peu bancal, constate Julien Aguet­tant. C’est une bonne nouvelle pour les entre­prises concer­nées. Voilà ce qui arrive quand on avance seul avec une pseudo concer­ta­tion. Je souhaite qu’on puisse échan­ger et tous se retrou­ver autour de la table pour trou­ver une solu­tion, sachant qu’on est tous sensi­bi­li­sés aux enjeux envi­ron­ne­men­taux. Il est encore temps de chan­ger ».

Tout reprendre à zéro ou pas ?

Encore plus inci­sif, Emma­nuel Imber­ton, ancien président de la CCI Lyon Métro­pole et PDG de la Coton­nière Lyon­naise, entre­prise direc­te­ment concer­née par le RLP, enfonce le clou : « Nous avions averti la Métro­pole de Lyon que son projet était morti­fère pour nos entre­prises. Elle n’a pas tenu compte de nos posi­tions et remarques et se retrouve tota­le­ment désa­vouée. Il faut tout reprendre à zéro ».

Du côté de la Métro­pole, la lecture n’est pas la même. « Il y a des éléments plutôt posi­tifs dans ce rapport et des points sur lesquels nous allons travailler, explique-t-on au cabi­net du président de la Métro­pole. Cela concerne, entre autres, le numé­rique dans les vitrines ou les panneaux élec­tro­niques d’in­for­ma­tion des communes. Nous allons en parler avec les communes et les entre­prises, en vue de soumettre un nouveau docu­ment au vote du Conseil métro­po­li­tain des 26–27 juin ». Discus­sions, échanges, oui, mais appa­rem­ment la Métro­pole de Lyon ne semble pas prête à relan­cer une concer­ta­tion complète. Les mois qui viennent s’an­noncent encore tendus.

Consent choices
Remonter