ZFE : Philippe Valen­tin remer­cie Bruno Bernard

Le président de la CCI se félicite du report de 2 ans de la fin du diesel dans le périmètre de la ZFE lyonnaise annoncé par Bruno Bernard dans une interview à nos confrères de Tribune de Lyon. L’extension du périmètre de la ZFE va aussi être réétudiée. Une victoire pour la CCI qui avait émis de sérieuses réserves sur les conditions de mise en œuvre de la ZFE.

Dès mardi soir, Philippe Valen­tin, le président de la CCI Lyon Métro­pole, s’est réjoui de la déci­sion de Bruno Bernard de repor­ter de deux ans l’in­ter­dic­tion des véhi­cules diesel à Lyon. Une annonce faite à nos confrères de Tribune de Lyon dans le cadre d’une inter­view à paraitre dans l’heb­do­ma­daire en vente en kiosque dès demain. « Il est natu­rel d’écou­ter. Et d’adap­ter les choses. Sur la ZFE, on va détendre le calen­drier et, pour les véhi­cules Crit’air 2, repor­ter leur inter­dic­tion à 2028, contre 2026 prévu initia­le­ment. C’est la discus­sion que j’ouvre avec les acteurs du monde écono­mique », explique Bruno Bernard à Tribune de Lyon (inter­view à retrou­ver sur tribu­ne­de­lyon.fr). En d’autres termes, les fortes réserves émises par la CCI Lyon Métro­pole sur les condi­tions de mise en œuvre de la ZFE (zone à faibles émis­sions) ont été enten­dues par le président de la Métro­pole de Lyon.

« Davan­tage de souplesse et de réalisme »

« Je salue la propo­si­tion du président de la Métro­pole de Lyon, Bruno Bernard, de repor­ter l’in­ter­dic­tion des véhi­cules diesel à Lyon de 2026 à 2028, et de remettre au débat l’élar­gis­se­ment de la zone à faibles émis­sions aux communes avoi­si­nantes », déclare Philippe Valen­tin dans un post sur son compte Linke­din. En plus du report de 2 ans pour l’in­ter­dic­tion du diesel, c’est aussi l’ex­ten­sion du péri­mètre de la ZFE qui va faire l’objet d’un réexa­men. Dans la version initiale du projet l’élar­gis­se­ment de la ZFE concer­nait essen­tiel­le­ment les communes les moins favo­ri­sées de l’Est lyon­nais, épar­gnant celles plus riches de l’Ouest lyon­nais. « Il faut une matu­ra­tion collec­tive. On n’y était pas encore. Pour être effi­cace, une poli­tique doit être accep­tée », ajoute Bruno Bernard.

Message reçu 5 sur 5 par Philippe Valen­tin qui a toujours adopté une atti­tude construc­tive et prag­ma­tique dans sa rela­tion avec les collec­ti­vi­tés locales, Métro­pole et Ville de Lyon. « Les élus entre­pre­neurs de la CCI Lyon Métro­pole Saint-Etienne Roanne et le monde écono­mique approuvent la mise en place de la ZFE, mais avaient appelé à davan­tage de souplesse et de réalisme dans les condi­tions et le calen­drier de mise en œuvre. Aux côtés de la Métro­pole de Lyon, nous allons pour­suivre nos efforts pour conseiller les entre­prises dans leurs diagnos­tics et leurs pratiques de mobi­lité afin d’amé­lio­rer la qualité de l’air et l’at­trac­ti­vité de notre terri­toire », ajoute Philippe Valen­tin.

Après la ZFE, le RLP et le pôle sécu­rité à Ecully

Après avoir géré avec Bruno Bernard le dossier du repo­si­tion­ne­ment de la stra­té­gie de l’Aderly et d’On­ly­lyon, Philippe Valen­tin a été entendu sur la ques­tion de la ZFE. D’autres sujets arrivent : le RLP (Règle­ment local de publi­cité) qui sera, à nouveau présenté fin juin au conseil métro­po­li­tain après l’avis néga­tif émis à l’una­ni­mité par la commis­sion d’enquête publique. Philippe Valen­tin compte aussi avan­cer sur une autre prio­rité de son mandat : la créa­tion d’un impor­tant pôle de sécu­rité à Ecully dans les locaux actuels d’em­lyon et au-delà. Un dossier qui concerne aussi en premier lieu le maire d’Ecully, Sébas­tien Michel, mais sur lequel la Métro­pole de Lyon sera forte­ment solli­ci­tée, entre autres, sur les condi­tions d’ac­cès en trans­ports en commun.

Consent choices
Remonter