Euro­news et Guillaume Dubois suppriment près de 200 postes

Triste anni­ver­saire pour les équipes d’Euro­news. La chaîne d’in­for­ma­tion euro­péenne, fondée il y a 30 ans, va suppri­mer 198 postes à Lyon. Cette déci­sion, annon­cée aux sala­riés jeudi dernier par le nouveau direc­teur géné­ral Guillaume Dubois, entre dans le cadre des « nouvelles orien­ta­tions stra­té­giques » de la chaîne, en grande diffi­culté finan­cière (150 millions d’eu­ros de pertes ces dix dernières années), et reprise en juin dernier par le fonds d’in­ves­tis­se­ment portu­gais Alpac Capi­tal. Cette réor­ga­ni­sa­tion va entraî­ner le redé­ploie­ment des rédac­tions à Bruxelles, faisant de la capi­tale belge le « cœur névral­gique du dispo­si­tif », et dans plusieurs grandes capi­tales euro­péennes (Lisbonne, Madrid, Londres, Berlin, Rome) pour un total de 150 postes créés. 

« La destruc­tion d’un modèle »

« Les sala­riés sont dévas­tés, avec un mélange de tris­tesse, de colère et de désar­roi. Ils ne se sentent pas pris en consi­dé­ra­tion dans ce projet et ont le senti­ment qu’il va se faire sans eux, note Marie Jamet, délé­guée SNJ CGT chez Euro­news. On s’at­ten­dait à de nouvelles orien­ta­tions stra­té­giques après le rachat, mais ce qui nous attriste, au-delà des suppres­sions de postes, c’est la destruc­tion du modèle édito­rial d’Eu­ro­news. La chaîne s’est construite sur la coha­bi­ta­tion de toutes les langues dans un même ensemble, avec un côté Tour de Babel. Désor­mais, ce sera chacun chez soi. » Le siège social de la chaîne demeure à Lyon, mais les employés restants (équipes admi­nis­tra­tives, tech­niques et rédac­tions française, russe et perse) devront bien­tôt quit­ter le cube vert de la Confluence, mis en vente dans les prochains mois. « Les nouvelles orien­ta­tions stra­té­giques vont nous permettre de reve­nir à l’équi­libre finan­cier d’ici 2025 », promet Guillaume Dubois

Consent choices
Remonter