Fabrice Renau­deau, la carte de la respon­sa­bi­lité

Venu de grands groupes – Procter & Gamble, Mars, Carlsberg –, Fabrice Renaudeau a rejoint il y a huit ans le groupe familial nordiste Bonduelle. À la tête de Bonduelle Frais en France, dont le siège est installé à Genas, il se félicite des efforts du groupe pour associer les agriculteurs à sa stratégie ou de l’objectif zéro plastique.

« J’ai la passion de l’ali­men­ta­tion. J’aime bien cuisi­ner. Je suis un épicu­rien ouvert sur l’agri­cul­ture. Nous avons des défis indus­triels et envi­ron­ne­men­taux à rele­ver. C’est passion­nant. » Passé par plusieurs géants de l’agroa­li­men­taire et de l’hy­giène beauté (Proc­ter & Gamble, Mars, les bières Kronen­bourg ou les soupes Liebig et Royc), Fabrice Renau­deau s’épa­nouit depuis 2015 dans l’ETI fami­liale nordiste Bonduelle, spécia­liste de la trans­for­ma­tion des légumes (frais, conserve, surgelé).

« Ce contrôle fami­lial permet au groupe de s’ap­puyer sur des valeurs avec un hori­zon de temps long et la proxi­mité avec la terre est primor­diale », rappelle Fabrice Renau­deau. Sept géné­ra­tions se sont succédé depuis 1853 à la tête d’un groupe qui pèse 2,2 milliards d’eu­ros de chiffre d’af­faires et 12 000 colla­bo­ra­teurs répar­tis sur trois conti­nents.

Après des fonc­tions dans la branche conserve et surgelé, Fabrice Renau­deau se voit confier la direc­tion géné­rale de Bonduelle Frais pour la France et le Bene­lux en octobre 2020. Un ensemble de 200 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires et 1 100 colla­bo­ra­teurs répar­tis sur quatre usines en propre (dont celle de Genas), un centre de R & D et un labo à Saint-Priest. Soit 250 personnes en région lyon­naise.

230 maraî­chers parte­naires

« Depuis deux ans, Bonduelle Frais a renoué avec la crois­sance, se féli­cite Fabrice Renau­deau. Nous sommes n° 1 sur les salades trai­teur avec 23 % de part de marché et n° 2 des salades embal­lées avec 18 % de part de marché. Nous jouons la carte de l’in­no­va­tion pour amélio­rer notre perfor­mance écono­mique. Notre respon­sa­bi­lité nous pousse à travailler avec les agri­cul­teurs avec qui nous avons une rela­tion privi­lé­giée inscrite sur le long terme via contrats d’ap­pro­vi­sion­ne­ment, un volume et un prix d’achat. C’était le sens de la propo­si­tion faite à 200 agri­cul­teurs de rentrer au capi­tal du groupe en 2021. »

Au total, Bonduelle Frais travaille avec 230 maraî­chers parte­naires. Après l’ex­plo­sion des coûts d’ex­ploi­ta­tion des produc­tions agri­coles (+9 % en 2021 et 21 % en 2022), Bonduelle se veut respon­sable. « Nous ne pouvons lais­ser les agri­cul­teurs tout seuls. Nous avons trouvé des terrains d’en­tente. Il faut des agri­cul­teurs et des trans­for­ma­teurs pour assu­rer la péren­nité de la filière. Nous avons joué la carte de la trans­pa­rence et de l’équité pour que chacun s’y retrouve autour d’un juste équi­libre. Cela implique une vision respon­sable de l’en­semble de la chaîne », ajoute Fabrice Renau­deau.

Et les défis à rele­ver ne manquent pas. Ainsi, à Genas, la consom­ma­tion d’eau a déjà été réduite de 35 % en cinq ans par kilo de salades produit. Au chapitre de la qualité des produits, « 100 % de nos recettes sont notées Nutris­core A ou B, sans conser­va­teur et sans addi­tif contro­versé et tous nos produits sont sans huile de palme, sans colo­rant et garan­tis sans OGM », précise le direc­teur géné­ral de Bonduelle Frais.

Zéro plas­tique à hori­zon 2030

Ces deux dernières années ont été riches en nouveau­tés. « Nous avons lancé 13 nouvelles réfé­rences en 2022 et nous prépa­rons une dizaine de lance­ments en 2023, avec notam­ment une nouvelle gamme snacking de repas indi­vi­duels chauds ou froids – pâtes aux légumes grillés, thon et emmen­tal – ou une gamme de salade de crudi­tés », explique Fabrice Renau­deau.

Autre défi, le zéro plas­tique à hori­zon 2030. « Il nous faut simpli­fier les embal­lages, reti­rer le couvercle plas­tique des barquettes, utili­ser plus de plas­tiques recy­clables, on est à 37 % actuel­le­ment, penser à des sachets recy­clables. Pas à pas, on y travaille. »

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter