IWF : Vanessa Girar­det succède à Valé­rie Lorentz-Poin­sot

Une auditrice prend la suite d’une cheffe d’entreprise à la tête de l’International Women’s Forum -IWF- Auvergne-Rhône-Alpes, le club international de femmes oeuvrant pour la parité.

Valé­rie Lorentz-Poin­sot, direc­trice géné­rale des Labo­ra­toires Boiron, passe le relai à Vanessa Girar­det, asso­ciée audit au sein du bureau Deloitte Auvergne-Rhône-Alpes. Cinq ans après sa créa­tion, la branche régio­nale d’IWF est passée de 6 femmes diri­geantes à 45.

« L’objec­tif était de faire rayon­ner la cause de la parité et de montrer que, grâce à elle, on va plus loin, explique Valé­rie Lorentz-Poin­sot. Nous sommes là pour tendre la main à toute femme qui veut monter l’échelle et nous avons à cœur d’être exem­plaire dans nos entre­prises. Quand on m’a proposé la prési­dence régio­nale du Club ETI, j’ai proposé qu’il y ait un co-président homme, Jean-Matthieu Biseau ». Réci­proque­ment, un homme pres­senti pour une prési­dence propo­se­rait-il spon­ta­né­ment qu’il y ait une co-prési­dente à ses côtés ?

La parité, un élément clé pour la perfor­mance

Sourires de la prési­dente sortante et de celle qui lui succède. Peu importe, de leur côté, elles savent ce pourquoi elles se sont enga­gées et listent, pêle mêle, les réali­sa­tions : signa­ture d’un Mani­feste par 115 person­na­li­tés hommes et femmes pour faire progres­ser la fémi­ni­sa­tion des instances de gouver­nance ; des visites de sites (TP Adequat Academy, faculté de méde­cine, musée des Tissus, Hermès, Audi­to­rium) ; mise en place d’un système de « marrai­nage » d’étu­diantes afin de sensi­bi­li­ser les jeunes géné­ra­tions à la néces­sité d’une révo­lu­tion des menta­li­tés au plus haut niveau ; rencontre de tous les candi­dats aux élec­tions régio­nales en 2021 avec cette ques­tion : « quelle pierre appor­tez-vous à l’édi­fice ? »

« Il faut savoir passer la main pour donner un nouveau souffle » ajoute Valé­rie Lorentz-Poin­sot en se tour­nant vers Vanessa Girar­det. Et la nouvelle prési­dente régio­nale d’IWF d’ex­pliquer : « je suis pleine d’éner­gie posi­tive à l’idée de pour­suivre, avec les membres du bureau, ce qui a été déployé depuis 5 ans au sein de notre réseau régio­nal IWF pour mettre en lumière des femmes emblé­ma­tiques, leur leader­ship et leurs actions pour conduire à la parité. Que l’on évolue dans un univers écono­mique, poli­tique, spor­tif ou cultu­rel, je suis convain­cue que l’at­teinte de la parité est un élément clé pour la perfor­mance de nos orga­ni­sa­tions ».

Commis­saire aux comptes de nombreuses orga­ni­sa­tions de la région (ETI, banques, hôpi­taux, grands groupes), Vanessa Girar­det a inté­gré voici bien­tôt un an le Comité de direc­tion France de Deloitte Audit & Assu­rance, en tant que « leader parité ». Enga­gée de longue date sur ses sujets, elle est à l’ori­gine du lance­ment, chez Deloitte, du lance­ment, chez Deloitte, du Club Women & Leader­ship en 2015.

Objec­tif : 100 d’ici à 5 ans

Membre fonda­trice d’IWF Aura, elle a aussi lancé la publi­ca­tion d’une étude annuelle sur les indi­ca­teurs clés de parité en France dans les univers écono­mique, poli­tique, spor­tif, média. Ladite étude est présen­tée chaque année lors de l’évè­ne­ment annuel IWF. Extrait de cette étude, le taux de fémi­ni­sa­tion actuelle des Comex et des Comi­tés de direc­tion des entre­prises du CAC 40 et du SBF 120 se situe autour de 25%. Pour atteindre les 40% fixés par la loi en 2029, il faudrait nommer 78 femmes dans les groupes du CAC 40 et 212 dans les entre­prises du SBF 120.

« Mon ambi­tion est d’in­ten­si­fier notre déve­lop­pe­ment est de viser l’objec­tif d’at­teindre la barre des 100 d’ici à 5 ans en conti­nuant à diver­si­fier nos profils : des diri­geantes d’en­tre­prises et de struc­tures cultu­relles, des poli­tiques et des spor­tives », conclut Vanessa Girar­det.

Photo: Vanessa Girar­det (à gauche) et Valé­rie Lorentz-Poin­sot

Consent choices
Remonter