Aéro­ports de Lyon vise le zéro émis­sion nette en 2026

© DR

Faire de Lyon Saint-Exupéry « le leader écolo­gique des aéro­ports français ». La feuille de route de Vinci Airports, gestion­naire de la plate­forme lyon­naise depuis 2016, est aussi simple à résu­mer. Engagé dans une poli­tique envi­ron­ne­men­tale forte, le groupe, qui a déjà réduit ses émis­sions de carbone de 44% depuis 2018 sur l’en­semble de son réseau, compte sur ses équipes lyon­naises pour prolon­ger cette dyna­mique.

Lionel Lassagne © DR

Et faire de Lyon-Saint Exupéry le premier aéro­port français zéro émis­sion nette dès 2026. « Le groupe porte une ambi­tion très forte sur notre aéro­port, donc on décline de nombreuses mesures pour maîtri­ser, neutra­li­ser et bais­ser nos impacts envi­ron­ne­men­taux  », explique Lionel Lassagne, le direc­teur du déve­lop­pe­ment durable depuis plus de quinze ans à Lyon-Saint Exupéry. Les mesures déjà enga­gées depuis 2018 ont aussi permis de réduire signi­fi­ca­ti­ve­ment les rejets de CO2. « On estime qu’il restera autour de 500 tonnes d’émis­sions rési­duelles et incom­pres­sibles en 2025, contre 13 000 tonnes si rien n’avait été engagé », prolonge le direc­teur du déve­lop­pe­ment durable de Lyon-Saint Exupéry.

À terme, et dans le cadre de l’objec­tif zéro émis­sion nette, ces émis­sions rési­duelles seront compen­sées à échelle locale. D’abord par le reboi­se­ment de 3,6 hectares dans le Beaujo­lais, dans le cadre d’un parte­na­riat avec le dépar­te­ment du Rhône et l’Of­fice natio­nal des forêts, puis par le lance­ment d’un programme avec 13 exploi­ta­tions agri­coles de la vallée de l’Ozon, en parte­na­riat avec la Chambre d’agri­cul­ture du Rhône. Deux opéra­tions certi­fiées Label Bas Carbone.

Consent choices
Remonter