Endrix : David Humbert rachète Zalis

Le groupe lyonnais Endrix conforte ses positions sur le marché du conseil haut de gamme aux PME et ETI en prenant le contrôle de Zalis à Paris, spécialiste du retournement et du sauvetage des entreprises. L’ensemble Endrix-Zalis atteint les 60 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2023 et vise les 100 millions.

Fin janvier, David Humbert, le président d’En­drix, dans une inter­view au « Jour­nal Eco » de  Lyon Déci­deurs, lais­sait entre­voir l’ac­qui­si­tion qu’il vient de fina­li­ser. Une opéra­tion de crois­sance externe déter­mi­nante dans la stra­té­gie de déve­lop­pe­ment du groupe lyon­nais qui veut deve­nir un acteur français de réfé­rence sur le marché du conseil à travers une offre à forte valeur ajou­tée à desti­na­tion des PME, ETI et orga­nismes para­pu­blics.

En rache­tant Zalis, Endrix s’offre à la fois une belle visi­bi­lité à Paris et un spécia­liste reconnu sur tout le terri­toire hexa­go­nal en matière de conseil en repo­si­tion­ne­ment stra­té­gique, accom­pa­gne­ment aux trans­for­ma­tions et sauve­tage d’en­tre­prises. Jusqu’a­lors, le marché du retour­ne­ment se retrou­vait, pour une bonne part, entre les mains des Big four (4 grands cabi­nets d’au­dit améri­cains) et autres géants du secteur.

Une ETI du conseil haut de gamme au service des ETI

Créé fin 2001 par Daniel Cohen, Zalis regroupe aujourd’­hui 30 experts de haut niveau qui ont conduit « 500 missions et reven­dique près de 20 000 emplois sauvés ». Posi­tionné en bonne place dans le clas­se­ment des leaders du retour­ne­ment depuis 14 ans, Zalis entend pour­suivre sa crois­sance « aux côtés d’une ETI française présente sur le terri­toire natio­nal et dont les exper­tises sont complé­men­taires à notre acti­vité exis­tante, précise Daniel Cohen. Cela nous permet de mieux adres­ser nos clients, d’ac­cé­lé­rer notre déve­lop­pe­ment et d’ac­croître notre force de frappe. Nous parta­geons avec Endrix la volonté de contri­buer à la créa­tion de valeur sur le terri­toire français et à l’in­ter­na­tio­nal et de réin­dus­tria­li­ser la France en sauve­gar­dant des emplois ».

Diplômé de l’uni­ver­sité toulou­saine, passé, entre autres, par Fram, mais aussi le produc­teur de jeux vidéos Kalisto ou bien encore, membre du conseil de surveillance de Partouche, Daniel Cohen travaille égale­ment avec Attali & Asso­ciés tout en étant ensei­gnant à Sciences Po Paris depuis 2016.

De son côté, 45 ans après sa créa­tion, Endrix (ex Groupe SFC) a atteint 52 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires avec 570 personnes en 2022 autour des métiers du chiffre, de l’ex­per­tise comp­table et de l’au­dit avec un volet conseil qui s’est forte­ment renforcé ces dernières années dans le cadre d’une stra­té­gie de diver­si­fi­ca­tion : avocats, RSE/ESG, recru­te­ment, tran­sac­tion services. « Les syner­gies entre Zalis et Endrix sont évidentes, indique David Humbert. Nous parta­geons une vision commune des métiers de l’ac­com­pa­gne­ment. Nous unis­sons nos forces autour d’une même ambi­tion : deve­nir un acteur incon­tour­nable du conseil, tout en conser­vant nos spéci­fi­ci­tés respec­tives ».

Zalis conserve sa marque propre

Avec le déve­lop­pe­ment d’un pôle conseil d’ex­cel­lence -à la suite de ce rappro­che­ment- les clients PME et ETI du groupe Endrix auront désor­mais accès à des pres­ta­tions de type : VDD (Vendor Due Dili­gence), IBR (Inde­pendent Busi­ness Review), valo­ri­sa­tion et solu­tions de cyber­sé­cu­rité à des prix raison­nables. Contrai­re­ment aux précé­dentes acqui­si­tions du groupe, Zalis va conser­ver sa marque. Le nouvel ensemble affiche 600 personnes pour un chiffre d’af­faires de 60 millions d’eu­ros lors de l’exer­cice 2023 clos le 31 août prochain. « Nous avons en ligne de mire les 100 millions d’eu­ros par crois­sance orga­nique et par acqui­si­tion », conclut David Humbert.

Photo: David Humbert, président d’En­drix, à gauche et Daniel Cohen, président fonda­teur de Zalis, à droite

Consent choices
Remonter