OL Groupe : John Textor lance l’OPA simpli­fiée mais l’OL restera cotée…

C’est, a priori, le 20 juillet et pour 10 jours que l’OPA simplifiée sur la base d’un cours de 3 euros l’action sera lancée par Eagle Football qui ne demandera pas le retrait de la cote à l’issue de l’opération. OL Groupe restera donc une société cotée. En attendant qu’Eagle soit un jour cotée à New York ?
© DR

« L’ini­tia­teur n’a pas l’in­ten­tion de deman­der la mise en œuvre d’un retrait obli­ga­toire visant les actions OL Groupe à l’is­sue de l’offre ; OL Groupe restera donc une société cotée ». Une phrase anodine, en appa­rence, mais qui n’est pas passée inaperçue dans le commu­niqué offi­ciel annonçant qu’Eagle Foot­ball venait de dépo­ser son projet d’OPA simpli­fiée (à 3 euros l’ac­tion) sur les actions OL Groupe pas encore acquises par le holding de John Textor. Lequel détient, à ce jour, 80,09% du capi­tal d’OL Groupe. En clair, moins Eagle aura à débour­ser pour cet ultime rachat d’ac­tions, mieux il se portera.

➜ À lire aussi : Holnest, le family office de Jean-Michel Aulas reçoit le pactole

100% des titres d’OL Groupe valo­ri­sés 528 millions d’eu­ros

De plus, le fait qu’OL Groupe reste une société cotée n’est pas neutre quand on sait que certains prêtent à John Textor l’in­ten­tion de faire coter, un jour Eagle Foot­ball et sa galaxie de clubs de foot­ball, en bourse à New York. Ce serait une façon aussi de lever de nouveaux fonds pour un groupe qui a dû beau­coup se déme­ner pour trou­ver l’argent néces­saire au rachat de l’OL. Avec, à la clé, une revente partielle de l’OL fémi­nin pour s’of­frir un peu de liqui­dité au passage. Ce qui a fini d’ac­ter le divorce entre John Textor et Jean-Michel Aulas.

Dans son commu­niqué, Eagle précise que le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion d’OL Groupe a rendu un avis favo­rable à ce projet d’OPA simpli­fié, consi­dé­rant qu’il est « dans l’in­té­rêt de la société, de ses action­naires et de ses sala­riés », en se réfé­rant notam­ment à l’avis de l’ex­pert indé­pen­dant qui juge les « termes de l’offre équi­tables, d’un point de vue finan­cier, pour les action­naires ». A ce prix de 3 euros l’ac­tion, l’offre valo­rise 100% des titres d’OL Groupe à 528 millions d’eu­ros, soit une prime de 56,7% par rapport au dernier cours de bourse précé­dant en mars 2022 l’an­nonce par Pathé et IDG de leur inten­tion de céder leurs parti­ci­pa­tion.

➜ À lire aussi : OL : Le bilan mitigé de Jean-Michel Aulas en bourse

De 24 euros en 2007 à 3 euros en 2023

La prime s’éta­blit à 50% sur le cours moyen sur les 60 jours précé­dant cette date. En revanche, par rapport au cours d’in­tro­duc­tion de 24 euros l’ac­tion en 2007, les action­naires indi­vi­duels fidèles sont les grands perdants de l’opé­ra­tion. Ils pour­ront toujours faire valoir une moins-value.

A noter que l’offre et le projet de note d’in­for­ma­tion « restent soumis à l’exa­men de l’AMF qui appré­ciera leur confor­mité aux dispo­si­tions légis­la­tives et régle­men­taires appli­cables. Sous réserve de l’ob­ten­tion de la déci­sion de confor­mité de l’AMF, il est prévu que l’Offre soit ouverte dans le courant du mois de juillet ». L’offre pour­rait démar­rer le 20 juillet et pour une période de 10 jours jusqu’au 2 août.

Consent choices
Remonter