Arnaud Mizzon, de Léonardo DiCa­prio à Pete Sampras 

En dehors de la préparation de son festival du film court Filmoramax, de retour à Lyon du 12 au 16 septembre, Arnaud Mizzon est également réalisateur, acteur et producteur. Passionné du 7e art mais pas que, il adore jouer au tennis et manger dans de bons restaurants lyonnais.
Arnaud Mizzon fondateur du festival filmoramax © Lorbac Productions

Le cinéma, sa théra­pie 🍿

Arnaud Mizzon l’af­firme : le cinéma prend une place énorme dans sa vie. « Quand je regarde un film, ça me calme, m’apaise, je voya­ge… Je retrouve quelque chose que j’ai nul part ailleurs ». Le cinéma est pour lui sa plus grande passion, un rêve d’en­fant qui se réalise petit à petit… Trois de ses films (À Terre, Dernière ligne droite, le Tour­ne­sol) ont été prénom­més aux Césars mais aucun n’a été distin­gué. Prochaine étape ? Arnaud Mizzon espère « grat­ter le trophée » avec son nouveau film « Le Parc » où l’on retrou­vera Ana Girar­dot (photo).

© Lorbac Produc­tions

Le lyon­nais que l’on peut souvent croi­ser devant un film au Pathé Belle­cour a une idole : Léonardo di Caprio. « Je suis fana­tique, il repré­sente la personne que j’ai voulu être pendant long­temps. Je ne suis même pas sûr de réus­sir à lui parler si je le rencontre », confie celui qui se dit influencé en parti­cu­lier par trois films : « Tita­nic », « Les Trois Frères » et « La vie est belle ». « Dans les années 90, j’ai 11 ans quand je regarde Les Trois Frères et je dis à mes parents que je veux faire du cinéma  ». Il quali­fie notam­ment ce film de « chef d’œuvre de comé­die » et « La vie est belle » comme « l’un des plus beaux films de l’his­toire du monde ». 

Pas loin des cours de tennis 🎾

« Ma jeunesse, c’est un tableau de DiCa­prio et un poster de Sampras dans ma chambre ». Loin des salles obscures, Arnaud suit de près les tour­nois de tennis tels que l’Open Parc Auvergne-Rhône-Alpes Lyon ou encore Roland Garros et l’US OPEN. « Je suis un grand fan de Pete Sampras, quand je pense au tennis je pense tout de suite à lui ». On pour­rait même le voir sur des cours puisqu’il a lui-même été joueur pendant des années, son deuxième « rêve de gosse ».

La musique dans les oreilles 🎶

Le réali­sa­teur écoute beau­coup de musique, dans sa play­list type on retrouve surtout du rap et quelques titres de Vian­ney. « Je trouve que la musique m’amène dans des souve­nirs en moins de 3 minutes, aucun autre art n’est capable de faire ça ». Et s’il écoute de la musique à longueur de jour­née quand il ne tourne pas de film, il aime aussi assis­ter à des concerts. Certains l’ont parti­cu­liè­re­ment touché. «  Le concert de Lome­pal m’a marqué il y a deux ans ce qu’il chante est incroyable. Je me rappelle aussi du concert du rappeur améri­cain Mack­le­more que j’étais allé voir à Genè­ve… j’ai trouvé ce concert extra­or­di­naire du début à la fin ».

Manger bien et beau­coup 🍽️

S’il avait une adresse à recom­man­der à tous les lyon­nais ça serait La Petite Ferme dans le 6e. «  C’est la première fois que je vois des plats de haute gastro­no­mie servis à 10€ dans des pots en verre. C’est excep­tion­nel ». Pour Arnaud Mizzon ce restau­rant n’a rien de clas­sique bien au contraire et il y mange régu­liè­re­ment. Son autre péché mignon : Le Mama Shel­ter dans le 7e, « Le Brunch du samedi est fou, j’y vais toujours avec mes filles et ma femme ». Le réali­sa­teur lyon­nais se décrit comme un grand mangeur : « c’est simple : si je ne travaille pas, je mange »

Consent choices
Remonter