Bourse & Valeurs avec Guy Chif­flot, président du conseil de surveillance d’Orapi

Invité : Guy Chif­flot, président du conseil de surveillance d’Orapi. Le fonda­teur de l’en­tre­prise spécia­li­sée dans les produits d’hy­giène profes­sion­nelle et de main­te­nance indus­trielle explique pourquoi il a décidé de vendre sa parti­ci­pa­tion dans Orapi (46,3%) à Paredes, l’autre entre­prise lyon­naise du secteur pour faire du nouvel ensemble, Paredes Orapi, le numéro 1 français du secteur. Une solu­tion indus­trielle préfé­rée à une solu­tion finan­cière.

➔ À lire aussi : Mariage lyon­­nais entre Orapi et Paredes

Le fonds Carté­sia, qui a racheté la dette d’Orapi en 2020, détient près de 30% du capi­tal de ce groupe. « Ce qui compte, c’est la péren­nité d’Orapi et des emplois. On sait que Carté­sia est amené à vendre sa parti­ci­pa­tion d’ici à 2026, donc cela n’avait pas de sens de vendre à Carté­sia », précise le fonda­teur d’Orapi. Guy Chif­flot annonce, par ailleurs, que le conseil de surveillance d’Orapi a dési­gné le cabi­net Accu­racy, repré­senté par Henri Philippe, en qualité d’ex­pert indé­pen­dant, afin d’éta­blir un rapport sur les condi­tions finan­cières de l’offre publique d’achat, annon­cée fin juin sur la base d’un cours de 5,88 € par action, ce qui valo­rise Orapi 78 millions d’eu­ros pour 100% du capi­tal.

Consent choices
Remonter