Bourse & Valeurs avec Pierre-Henri Bassouls, PDG de Pris­ma­flex Inter­na­tio­nal

Invité : Pierre-Henry Bassouls, PDG de Pris­ma­flex Inter­na­tio­nal.

La société des Monts du Lyon­nais, spécia­li­sée dans l’im­pres­sion numé­rique grand format et la fabri­ca­tion de mobi­lier urbain a réalisé un chiffre d’af­faires de 57,3 millions d’eu­ros en hausse de 17% lors de son exer­cice 2022/2023 clos le 31 mars dernier. Avec, à la clé, de gros contrats et un carnet de commande correct de 12 millions d’eu­ros en ce moment. Elle n’a pas réussi à amélio­rer ses marges comme elle le souhai­tait. Son EBITDA est posi­tif de 2 millions d’eu­ros mais elle perd 0,5 million d’eu­ros. C’est moins de perte que l’an dernier, mais Pris­ma­flex n’a pas pu se redres­ser comme elle l’au­rait souhaité. « Nous sommes tribu­taires de négo­cia­tions de prix que nous ne pouvons faire évoluer qu’en décembre. Donc, nous n’avons pas pu réper­cu­ter les hausses avant fin 2022, ce qui explique que nos marges aient souf­fert l’an dernier », explique Pierre-Henry Bassouls.

Consent choices
Remonter