Dougs : Patrick Maurice lève 25 millions d’eu­ros et séduit le Royaume-Uni

La startup lyonnaise Dougs réalise sa première levée de fonds de 25 millions d'euros, auprès d'un fonds britannique, pour déployer sa solution d’expertise-comptable et de conseil en ligne.
© DR

La start-up Dougs (10 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires en 2022) qui a déve­loppé une solu­tion d’ex­per­tise-comp­table et de conseil en ligne, vient de réali­ser sa première levée de fonds d’un montant de 25 millions d’eu­ros, auprès du fonds britan­nique Expe­di­tion Growth Capi­tal et compte profi­ter de cette enve­loppe pour doubler ses effec­tifs et renfor­cer sa tech­no­lo­gie : « Nous allons passer de 250 à 500 personnes en l’es­pace d’un an et demi. Nous avons déjà beau­coup recruté ces derniers temps, 10 personnes par mois mini­mum, affirme Patrick Maurice, co-fonda­teur de Dougs. Un gros chan­tier nous attend au niveau de notre logi­ciel, on va donc gros­sir notre équipe d’in­gé­nieurs.  » Afin de pour­suivre son déve­lop­pe­ment, Dougs projette de s’ex­por­ter en Alle­magne et notam­ment en Angle­terre, qui a déjà mani­festé son inté­rêt pour le logi­ciel : « Je suis passé sur BFM TV et j’ai été contacté juste après par le minis­tère des finances britan­niques, pour­suit le co-fonda­teur. Il m’a féli­cité puis m’a invité à Londres, en me disant qu’il nous donnera tous les conseils dont on a besoin. »

Un service hybride

Patrick Maurice fonde Dougs en 2015 avec 3 de ses asso­ciés, dans l’idée de simpli­fier la vie des entre­pre­neurs, en les débar­ras­sant de la phobie admi­nis­tra­tive : « Je ne trou­vais pas normal de pouvoir voir Youtube sur mon IPhone mais de ne pas pouvoir voir ma comp­ta­bi­lité, alors j’ai voulu appor­ter un tableau de bord digne de ce nom à mes clients. » Propre éditeur de son appli­ca­tion, Dougs offre un service hybride, avec à la fois une plate­forme en ligne où le client retrouve toute sa comp­ta­bi­lité (factu­ra­tion, tréso­re­rie, notes de frais …) et met égale­ment à dispo­si­tion des équipes pluri­dis­ci­pli­naires, qui apportent un suivi et des conseils person­na­li­sés, sur tout ques­tion­ne­ment juri­dique ou comp­table. Comp­tant plus de 14 000 clients en France Métro­po­li­taine, la start-up lyon­naise vise les 16 millions d’eu­ros pour l’an­née 2023.

Valen­tine Briant
Consent choices
Remonter