Kikleo, l’IA au service de la lutte contre le gaspillage

© DR

Qui n’a jamais laissé des restes alimen­taires sur son plateau-repas ? Les biodé­chets sont un enjeu écolo­gique, c’est pourquoi Kikleo a inventé la caméra qui scrute ce que nous lais­sons dans nos assiettes. Utili­sant l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, la société créée à Villeur­banne commer­cia­lise un système qui permet de réduire l’em­preinte carbone des restau­rants. Le point de départ de la solu­tion de Kikleo pour lutter contre le gaspillage alimen­taire, c’est donc une caméra qui filme les plateaux quand ils reviennent en cuisine. Les assiettes sont prises en photo et grâce à l’IA, chaque aliment restant est reconnu, son poids est estimé, et il est possible de connaître la quan­tité gâchée.

Les données récol­tées sont trai­tées et trans­mises au cuisi­nier qui peut ainsi obte­nir un retour quan­ti­fié de ses recettes afin de savoir laquelle a eu du succès ou non. La solu­tion a été déve­lop­pée par deux anciens étudiants de l’Insa Villeur­banne, Martin d’Agay et Vincent Garcia. Ils avaient même proposé l’idée pour leur projet de fin d’études.

Aupa­ra­vant, certains restau­ra­teurs esti­maient leurs pertes en triant les retours et en les pesant sur une balance: les deux ingé­nieurs ont pensé qu’on pouvait auto­ma­ti­ser le prin­cipe. « Avec Kikleo, les pertes alimen­taires peuvent être réduites de 25 % dès la première année, puis 50 % à terme, ce qui repré­sente en moyenne 15000 à 30000 euros d’éco­no­mies annuelles par restau­ra­teur », affirme Martin d’Agay. Plus de 60 établis­se­ments ont choisi Kikleo à ce jour ainsi que des cantines comme celle de la cité scolaire Antoine de Saint-Exupéry à Lyon. La start-up souhaite désor­mais se déve­lop­per en Europe et aux États-Unis.

Consent choices
Remonter