« La RSE est un outil de gestion des entre­prises »

A l'occasion de la sortie de la troisième édition du guide Lyon Solidaire et Philanthrope, Lyon Décideurs a organisé, en partenariat avec la banque Hottinguer, une table ronde intitulée « Quand les entreprises s'emparent de la RSE », animée par Philippe Montanay. La rencontre, qui s'est tenue au Carré Fourvière, a rassemblé quatre intervenants spécialistes de la RSE : Cécile Mazaud, Régis Chomel de Varagnes, Pascal Gustin et Lise Moret. Morceaux choisis.

Cécile Mazaud, Pdg du groupe de construc­tion Mazaud et respon­sable lyon­naise de la Conven­tion des entre­prises pour le climat : « La RSE, ce n’est pas une idée en l’air, mais un vrai axe stra­té­gique que l’on veut parta­ger avec tout l’éco­sys­tème qui nous entoure. Par exemple, l’en­vi­ron­ne­ment est au cœur de la stra­té­gie du groupe Mazaud, mais ce n’est pas possible d’avan­cer seule pour faire bouger les lignes. Oui, la RSE, cela prend du temps. J’es­time que je consacre 30 à 40% de mon temps à trai­ter des ques­tions de RSE. Car pour avoir des idées, il faut voir ce qui se fait ailleurs, voya­ger, prendre le temps de phos­pho­rer… Une démarche RSE qui se maté­ria­lise notam­ment par la mise en place d’une charte des chan­tiers à impact posi­tif. Un chan­tier, ça défi­gure la ville dans un premier temps, ça embête tout le monde. D’où notre volonté de chan­ger cette vision, en montrant, en amont, son apport : il vise à embel­lir un quar­tier, à utili­ser des maté­riaux biosour­cés. D’où l’idée de donner envie de visi­ter les chan­tiers, de les rendre plus acces­sibles, d’as­so­cier les enfants des écoles alen­tour… »

Régis Chomel de Varagnes, président du cabi­net conseil spécia­lisé en RSE Oraveo et président du réseau Mix-r : « La RSE est un outil de gestion des entre­prises et non la somme des actions envi­ron­ne­men­tales et socié­tales réali­sées en dehors de son busi­ness par une entre­prise. Car la RSE englobe aussi les enjeux écono­miques des entre­prises, et cela se traduit de façon concrète. Car quand une entre­prise se choi­sit une raison d’être, il est impor­tant de véri­fier que chacune de ses déci­sions est bien alignée avec cette raison d’être. Et l’on sent, depuis trois ans, une vrai aspi­ra­tions des chefs d’en­tre­prise, comme de leurs clients, pour les ques­tions de RSE. Il existe encore plusieurs freins comme le temps ou le budget à consa­crer. Mais il y a ensuite le plai­sir, la satis­fac­tion et la fierté de parti­ci­per à faire bouger les choses. »

Pascal Gustin, président de la société de conseil et d’ac­com­pa­gne­ment en mana­ge­ment Algoé : « Cela fait long­temps – une quin­zaine d’an­née – que l’on entend parler de RSE et l’on constate actuel­le­ment un méca­nisme d’ac­cé­lé­ra­tion notam­ment à Lyon, qui est un terre d’hu­ma­nisme. La RSE doit repo­ser sur une logique globale. Ce qui veut dire qu’il faut la trai­ter dans la globa­lité des sujets sociaux, socié­taux et envi­ron­ne­men­taux. C’est compliqué à mettre en œuvre pour les chefs d’en­tre­prise mais c’est égale­ment passion­nant car cela amène une réflexion sur sa rela­tion avec ses sala­riés et l’en­semble de son envi­ron­ne­ment. Et il est égale­ment impor­tant que la RSE soit comprise et portée par les sala­riés. Cela doit se faire dans une démarche de co-construc­tion. »

Lise Moret, direc­trice finan­ce­ment durable et inves­tis­se­ment à impact et secré­taire géné­ral du Fonds de dota­tion de la Banque Hottin­guer : « La mise en place d’ac­tions de RSE est une façon pour les entre­prises d’orien­ter leur stra­té­gie dans une direc­tion inéluc­table sous peine de perdre de l’argent et des clients. Et la grande ques­tion qui se pose, c’est comment le mana­ge­ment prend en main ces sujets-là. Car la RSE est un élément de distinc­tion des entre­prises mais aussi un gage de péren­nité du busi­ness model. Par exemple, à la Banque Hottin­guer qui a toujours été impliqué dans la préser­va­tion de la planète, la RSE fait partie de nos critères lorsque l’on inves­tit dans une entre­prise. Et nous n’in­ves­tis­sons plus dans certains secteurs tels que le pétrole ou le char­bon. »

Consent choices
Remonter