TRANSDEV – RATP DEV : Le match des navettes fluviales

Image d'illustration

Il fait moins parler de lui. Mais le contrat de DSP (délé­ga­tion de service public) pour des navettes fluviales a bien été lancé par le Sytral mi-avril avec trois petits mois pour répondre. La date limite était fixée à ce lundi 3 juillet à midi. Un marché d’une valeur esti­mée à 42 millions d’eu­ros HT pour des navettes de trans­port collec­tif reliant, sur la Saône, Vaise-Indus­trie aux Terrasses de la Presqu’île, voire allant, sur certains horaires, jusqu’à Confluence.

➜ À lire aussi : TCL : un match à deux et un match à trois

Les cinq bateaux (dont un de réserve) devien­dront la propriété de Sytral Mobi­li­tés à l’ex­pi­ra­tion de la conven­tion. Un renfort ou la créa­tion d’une nouvelle ligne sur la Saône ou le Rhône sont envi­sa­gés avec éven­tuel­le­ment quatre bateaux supplé­men­taires et une « fréquence de service pouvant être fixée au quart d’heure ».

Trans­dev et RATP Dev ont répondu à cet appel d’offres, mais pas le groupe Kéolis, même si dans d’autres agglo­mé­ra­tions il gère aussi des navettes (Bordeaux notam­ment). Une façon pour Kéolis de ne pas courir tous les lièvres à la fois, de ne pas se montrer hégé­mo­nique, tout en se disant prêt à faci­li­ter les passe­relles entre les diffé­rents modes de trans­port collec­tif…

Consent choices
Remonter