Dispa­ri­tion de Véro­nique Trillet-Lenoir, dépu­tée euro­péenne lyon­naise

La députée européenne Véronique Trillet-Lenoir, cancérologue de renom et soutien appuyé d’Emmanuel Macron depuis 2017, s’est éteinte mercredi à l’âge de 66 ans.
Véro­nique Trillet-Lenoir © DR

L’eu­ro­dé­pu­tée lyon­naise Véro­nique Trillet-Lenoir s’est éteinte mercredi à l’âge de 66 ans. La nouvelle a été annon­cée par Stéphane Séjourné, le président du groupe Renew, dans lequel elle siégeait au Parle­ment euro­péen. Cance­ro­logue de renom, elle avant mené de front une brillante carrière hospi­ta­lière et univer­si­taire, avant de prendre la prési­dence du direc­toire du Cancé­ro­pôle Lyon Auvergne-Rhône-Alpes entre 2013 et 2020.

Entrée en poli­tique en 2015 comme conseillère régio­nale d’op­po­si­tion sur la liste socia­liste conduite par Jean-Jack Quey­ranne, elle avait rejoint les soutiens d’Em­ma­nuel Macron pendant l’élec­tion prési­den­tielle de 2017. Élue sur la liste Renais­sance lors des élec­tions euro­péennes deux ans plus tard, Véro­nique Trillet-Lenoir siégeait au sein de la commis­sion de l’en­vi­ron­ne­ment, de la santé publique et de la sécu­rité alimen­taire à Bruxelles et à Stras­bourg. Fervente mili­tante de la construc­tion d’une « Europe de la santé », elle s’était confiée à Lyon Déci­deurs en mars 2022, quelques jours après l’in­va­sion de l’Ukraine par la Russie, évoquant « un moment inédit, avec le senti­ment ici au Parle­ment euro­péen, d’être au coeur d’une trans­for­ma­tion de la géopo­li­tique mondiale ». 

➔ À lire aussi : Véro­nique Trillet-Lenoir : « Une atmo­sphère de conster­na­tion, de choc et de révolte »

À l’an­nonce de son décès, plusieurs dizaines de person­na­li­tés poli­tiques ont tenu à saluer sa mémoire sur le réseau social X (ex-Twit­ter). « Hommage à Véro­nique Trillet-Lenoir, cancé­ro­logue recon­nue qui avait fait de son mandat de dépu­tée euro­péenne un enga­ge­ment en faveur de la santé des Français et des Euro­péens », a ainsi écrit la Première ministre Elisa­beth Borne. Stéphane Séjourné, président du groupe Renew au Parle­ment euro­péen, fait quant à lui part de son «  infi­nie tris­tesse » et évoque « son huma­nité, sa bien­veillance et sa géné­ro­sité », tout en souli­gnant « sa dignité et son courage face à la mala­die ». « L’Eu­rope perd une travailleuse achar­née, sa région lyon­naise une fervente défen­seuse de son terri­toire et nous une très esti­mée collègue de travail », témoigne de son côté Olivia Grégoire, ministre délé­guée char­gée des PME, du commerce, de l’ar­ti­sa­nat et du tourisme.

De nombreux élus lyon­nais, à l’ins­tar des dépu­tés macro­nistes Thomas Rudi­goz, Anne Brugnera ou Cyrille Isaac-Sybille, du maire (LR) d’Ecully Sébas­tien Michel, des séna­teurs Thomas Dossus ou Etienne Blanc, ou de l’an­cien président de la Métro­pole David Kimel­feld, ont fait part de leur tris­tesse sur le réseau social. « Véro­nique avait un carac­tère bien trempé et une force de travail impres­sion­nante », souligne Sylvie Guillaume, l’autre dépu­tée (PS) lyon­naise au Parle­ment euro­péen.

Consent choices
Remonter