Les Plai­sirs Gour­mands, agapes lyon­naises du busi­ness

Le club Les Plaisirs Gourmands rassemble plus de 300 membres férus de gastronomie, qui se retrouvent une fois par mois au cours d’un déjeuner pour réseauter autour d’une bonne table lyonnaise, choisie avec soin par Laurent Montmain, à l’initiative du réseau.
© DR

En France, on a toujours fait des affaires autour d’une table. » Fervent défen­seur du savoir-vivre à la française, Laurent Mont­main dirige depuis 23 ans le club Les Plai­sirs Gour­mands, réseau d’af­faires lyon­nais rassem­blant une fois par mois ses membres dans un restau­rant soigneu­se­ment dégoté par ses soins, où les convives peuvent réseau­ter « à la cool », entre l’en­trée et le dessert : « Le restau­rant, c’est une manière décon­trac­tée et convi­viale de faire des affaires. Lors d’un repas, les rencontres se font natu­rel­le­ment », rapporte Laurent Mont­main, dont l’ap­pé­tence pour la cuisine débute en 1994, alors qu’il commence à travailler en alter­nance pour un guide qui offrait des remises dans les restau­rants. « J’ai conti­nué pendant trois ans chez eux, j’ai signé pas mal de parte­na­riats avec des restau­rants, mais la société a fini par fermer. En 2000, j’ai relancé indi­vi­duel­le­ment la boîte, sous le nom des Plai­sirs Gour­mands. »

Fort de toutes ses rela­tions tissées avec les chefs au fil des années, Laurent Mont­main s’est consti­tué un joli carnet d’adresses et orga­nise un déjeu­ner par mois dans un restau­rant qu’il aura préa­la­ble­ment testé. Derniè­re­ment, le club s’est ainsi réuni dans les restau­rants L’Étoile d’Orient, A Cantina, Baobab, Odys­sée des saveurs ou encore La Forêt Noire. « Je vise les restos qui ont ouvert les 24 derniers mois, plus suscep­tibles d’ac­cep­ter un parte­na­riat avec le club, car cela leur permet de se faire connaître. Et s’ils sont bons, on y retourne ! »

Une fois la date réser­vée, les membres s’ins­crivent sur une billet­te­rie en ligne, chacun demeu­rant libre de venir ou non, à la seule condi­tion qu’il n’y ait pas plus de trois ou quatre repré­sen­tants d’un même métier, pour limi­ter la concur­rence autour de la table.

Déjeu­ners « à la cool » 

Les convives arrivent tous vers 12 h 15, et se répar­tissent sur trois tables de huit personnes envi­ron. Mais avant de commen­cer à dégus­ter le repas, le réseau­tage commence avec une rapide présen­ta­tion de chaque invité à tour de rôle : « Nous avons un anima­teur à chaque table pour flui­di­fier la parole et que les échanges se passent dans de bonnes condi­tions, décrit Laurent Mont­main. Les personnes autour de la table posent ensuite deux ou trois ques­tions, puis la discus­sion se pour­suit durant le déjeu­ner. »

Vers 14 h 15, après le dessert, les cartes de visite s’échangent, sans obli­ga­tion de colla­bo­ra­tion par la suite : « Au club Les Plai­sirs Gour­mands, c’est à la cool. Pour reprendre la phrase d’une célèbre chaîne de fast-food : venez comme vous êtes ! » Histoire de varier les plai­sirs, Laurent Mont­main orga­nise ponc­tuel­le­ment d’autres événe­ments toujours tour­nés vers la gastro­no­mie, pour multi­plier les rencontres : des soirées « Network », sous forme de cock­tails dîna­toires, des soirées « Accords mets et vins », format plus gastro­no­mique où les convives découvrent les créa­tions de vigne­rons, mais aussi des rencontres inter­clubs, un format plus ludique où les adhé­rents se mêlent à d’autres réseaux busi­ness lyon­nais. 

L’autre bonne raison d’y aller

© DR

Rencon­trer un chef : « J’ai inventé un nouveau format “à la rencontre de”, qui se dérou­lera une fois par semestre dans un restau­rant de 19 h 30 à 23 heures, dans une ambiance plus tranquille et propice aux agapes, car ce sera un peu plus axé sur la gastro­no­mie que les autres. On aura du temps pour échan­ger avec le chef, il nous expliquera comment il prépare ses produits et de cette manière, le réseau se fera de manière plus infor­melle. »

Les + du réseau

  • Des remises spéciales offertes par les restos parte­naires aux membres, lorsqu’ils reviennent hors des réunions du réseau.
  • Un guide papier qui présente les restau­rants parte­naires, égale­ment dispo­nible sur le site inter­net du club, où les membres peuvent géolo­ca­li­ser les restau­rants les plus proches.

Qui peut-on rencon­trer ?

  • Loïc Mathieu, président de l’agence de commu­ni­ca­tion NOU
  • Loriane Girod, asso­ciée Cadea Solu­tions Aména­ge­ments
  • Tony Neri, direc­teur commer­cial de Cloi­sor
  • Et aussi : Boris Perche­ron (Sapec-Rhône Alpes), Samir Rachi (TOMMAS), Franck Chavet (ACC assis­tance, comp­ta­bi­lité conseils), Stépha­nie Oswald (Cabi­net Stépha­nie Oswald)
Valen­tine BRIANT
Consent choices
Remonter