Bruno Bernard et Fabien Bagnon accé­lèrent sur les Voies Lyon­naises

Le président de la Métropole de Lyon Bruno Bernard et son vice-président aux mobilités Fabien Bagnon misent sur un développement rapide des Voies Lyonnaises dans les prochains mois, avec plus de 90 kilomètres d’aménagements cyclables livrés ou en travaux d’ici l’été prochain.
Bernard Bagnon Voies Lyonnaises ©Thierry Fournier – Métropole de Lyon

Le chan­tier des Voies Lyon­naises va s’ac­cé­lé­rer. Réunis face à la presse ce mercredi matin, le président de la Métro­pole de Lyon Bruno Bernard et son vice-président aux mobi­li­tés Fabien Bagnon ont fait savoir que 90 kilo­mètres de Voies Lyon­naises seront livrés ou en cours de travaux d’ici l’été prochain.

À lire aussi : Thomas Zimmer­­mann et Pris­­cil­­lia Petitjean entre bières et bicy­­clettes au Velcroc

« Après une grosse phase de concer­ta­tions, et plus d’une centaine de réunions orga­ni­sées pour présen­ter le projet, regar­der ses atouts et étudier ses diffi­cul­tés, nous allons entrer dans les prochains mois dans une phase très opéra­tion­nelle avec une accé­lé­ra­tion des travaux », ont insisté les deux élus depuis le Velcroc, vélo-café installé le long de la Voie Lyon­naise n°1, près du pont Lafayette.

Des « oppo­si­tions pure­ment poli­tiques »

À l’is­sue du mandat en 2026, Bruno Bernard espère voir plus de 200 kilo­mètres du projet réali­sés, sur un total de 320 kilo­mètres. « Nous avançons vite et bien mais nous avons des diffi­cul­tés sur une tren­taine de kilo­mètres. Ce sont des endroits où la voirie et les carac­té­ris­tiques locales rendent les choses très compliquées, comme à Cham­pagne-au-Mont d’Or, dans la grande rue d’Oul­lins, à Saint-Just ou dans le Val de Saône. »

Pour contour­ner ces problé­ma­tiques, l’exé­cu­tif écolo­giste a entamé des discus­sions « néces­saires » avec les habi­tants, les locaux et les commerces. « Cela nous permet de modi­fier des projets pour répondre au mieux aux attentes, comme à Saint-Just notam­ment  », témoigne Fabien Bagnon.

Bruno Bernard est quant à lui revenu sur les «  oppo­si­tions pure­ment poli­tiques » perpé­trées par des maires LR comme à Tassin ou à Caluire. « Dès que nous voulons faire quelque chose sur le vélo dans ces villes, nous avons cette oppo­si­tion systé­ma­tique. C’est la même chose à Bron, où le maire s’op­pose aussi pour des raisons poli­ti­ciennes. »

À lire aussi : Jéré­­mie Bréaud : « Nous en avons marre d’être pris pour des cons »

En juin dernier, Jéré­mie Bréaud, le maire de Bron, avait fustigé le plan mobi­li­tés de la Métro­pole de Lyon, en condam­nant de manière très véhé­mente les méthodes de Fabien Bagnon, alors comparé à « un bull­do­zer à la folie dogma­tique ». « Il est inac­cep­table qu’il fasse des attaques aussi person­nelles. D’au­tant qu’il a connu lui aussi des moments diffi­ciles en début de mandat, en étant mis sous protec­tion person­nelle. Il n’est pas possible de parler d’un élu comme il en a parlé », a réagi Bruno Bernard.

Consent choices
Remonter